Lubero : Désavoué par ses administrés, le chef du village Mighobwe démissionne

Alors qu’il était désavoué par ses administrés, le chef de village Mighobwe dans le territoire de Lubero (Nord-Kivu) a démissionné de ses fonctions. Mupenda Chozi a posé sa démission au cours d’une assemblée générale extraordinaire tenue le dimanche 21 mars. La société civile de la place se frotte les mains.

La salle de réunions de l’Ecole Primaire Mighobwe était pleine l’après-midi de ce dimanche. Des leaders d’opinion et des curieux ont posé plusieurs questions au sujet de la crise de confiance entre le chef et ses administrés dans ce village du territoire de Lubero. En réaction, le chef incriminé a manifesté sa bonne volonté de démissionner.

« Le pouvoir nous appartient à tous. Je ne peux pas m’y accrocher longtemps. Ce n’est pas héréditaire. Je ne veux pas assister à la perte des vies humaines ici à cause des gens qui sont sur le point de créer des dégâts ici. Suivons la procédure car moi je remets tous les documents. Je ne veux pas qu’on m’attribue la responsabilité des morts », a lancé le chef déterminé à déposer le tablier.

Pour les organisations des droits humains à Mighobwe, la démission du chef est une réussite de ce qui avait déjà été initié. Elles demandent toutefois que la hiérarchie amène au plus vite un chef soucieux du peuple.

« Nous sommes ravis de cette démission. Mais nous demandons aux notables de faire très vite puisque les conditions humaines ne sont pas respectées ici dans les cachots. Nous espérons que nos droits seront respectés », espère Samuel Kahamba du Consortium des organisations des droits humains.

Les activistes des droits humains ont écrit, le 15 mars dernier, une lettre ouverte au chef du groupement Musindi pour l’informer qu’ils allaient marcher contre le chef du village de Mighobwe, accusé d’arrestations arbitraires, détention des personnes dans le même cachot avec les animaux, détournement des deniers publics et tracasserie. Des allégations que l’incriminé avait rejeté en bloc.

Jean-Marie Mitavo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.