RDC : La DYFEGOU attend rencontrer le président Tshisekedi pour réclamer la paix dans l’Est

La Dynamique des Femmes pour la Bonne Gouvernance (DYFEGOU), qui a son siège à Butembo (Nord-Kivu), s’apprête à rencontrer le président de la République afin d’attirer son attention sur la continuité des tueries des civils par les rebelles d’Allied Democratic Forces (ADF) dans l’Est de la République Démocratique du Congo. L’annonce a été faite ce mardi 30 mars 2021 par la coordonnatrice de cette structure féminine. Elle annonce, par cette occasion, une série de manifestations devant plusieurs instances de prise de décisions dont la Présidence.

Selon Rose Tuombeyane, coordonnatrice de cette structure féminine, toutes les dispositions sont déjà prises pour que les femmes « victimes » des tueries causées par des groupes armés dont l’Allied Democratic Forces (ADF) voyagent jusqu’à Kinshasa afin de rencontrer physiquement le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, et discuter de la situation sécuritaire incertaine dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

« Maintenant, tout va se passer dans la capitale congolaise auprès des différentes parties prenantes dans la solution aux problèmes de Beni. Nous savons tous que ce problème de Beni et de l’Ituri a deux dimensions : nationale et internationale. Tout est prêt pour qu’en fin, les victimes directes parlent au président de la République, aux différentes institutions et instances de prise de décisions tant nationales qu’internationales. Nous allons tous les rencontrer pour des plaidoyers et avec les victimes des massacres de Beni. Les députés du Nord-Kivu sont au courant de cette série d’actions musclées », a-t-elle indiqué au micro de RADIOMOTO.NET.

Depuis 2014, l’Est de la République Démocratique du Congo fait face aux atrocités orchestrées par de nombreux groupes armés dont l’Allied Democratic Forces (ADF). Leur capacité de nuisance s’étend sur deux provinces, à savoir le Nord-Kivu et l’Ituri. En dépit des opérations militaires dites de « grande envergure » lancées en fin octobre 2019, dans la région de Beni, la situation sécuritaire peine à se rétablir. L’armée a, cependant, insisté sur le soutien de la population pour pacifier la région.

Joël Kaseso (Stagiaire RMBB)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *