Le mouvement « Jeunes Patriotes » de Butembo à la MONUSCO : « Vous devez immédiatement quitter le pays »

Les « Jeunes Patriotes » de Butembo sont descendus dans la rue ce vendredi 9 avril 2021. Leur marche a pris naissance au quartier Muthiri pour chuter à la mairie. A l’unanimité, les manifestants ont insisté sur le retrait immédiat des casques bleus de la Mission d’Organisation des Nations-Unies pour la Stabilisation du Congo (MONUSCO) de l’Est de la République Démocratique du Congo.

Ces manifestants, une fois à l’hôtel de ville de Butembo, ont été reçus par l’autorité urbaine Mbusa Kanyamanda Sylvain avec à ses côtés, le Chef-adjoint des Nations-Unies au Grand Nord-Kivu. Les jeunes patriotes ont ainsi rappelé l’urgence pour la mission onusienne de se retirer de l’Est du pays car, disent-ils, la MONUSCO a montré son incapacité à restaurer l’autorité de l’Etat dans la région de Beni.

« Il y a plus de 7 ans, la région de Beni est meurtrie par les massacres atroces et cruels en présence de 21000 militaires de la République Démocratique du Congo et de plus de 15000 casques bleus de la MONUSCO. Cette forte présence militaire qui avait pour but d’éradiquer le phénomène ADF, qui endeuille la population civile, n’a pas été à la hauteur de sa tâche. C’est ainsi que la MONUSCO qui devrait être un élément de pacification, est devenue presqu’un problème », a insisté Paluku Makeo, qui a lu le mémo dudit mouvement citoyen.

En réaction, Abdourahaman Ganda, Chef-adjoint de la MONUSCO au Grand Nord-Kivu, a promis de canaliser le mémorandum des militants à sa hiérarchie.

« J’accuse ici devant l’autorité urbaine, représentant du chef de l’État, le mémo que vous nous avez adressé. J’en prends bonne note », a-t-il réagi.

Entre-temps, de nombreuses barricades ont été érigées sur plusieurs artères de la ville de Butembo ce vendredi. Elles ont été dégagées par les services de sécurité. C’est par exemple à Furu, où la tension a été tellement tendue.

Depuis le début de la semaine, des mouvements et associations affiliées à la FEC et FENAPEC manifestent leur mécontentement face à la recrudescence de l’insécurité dans l’Est de la RDC. De ce fait, ils exigent le départ des casques bleus des Nations-Unies dans la région.

Ngunza Mapasa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *