Général Aba Van Ang à Butembo : « Les policiers ne doivent pas avoir peur » 

Le commissaire divisionnaire de la Police Nationale Congolaise au Nord-Kivu a tenu la parade des policiers à la mairie de Butembo ce lundi 03 mai 2021. Le Général Aba Van Ang a circonscrit son message sur la discipline, les félicitations aux policiers qui, selon lui, ont abattu un travail de titan pendant les journées ville morte. Toutefois, il les appelle à plus de courage et de dynamisme.

Après la parade dans l’esplanade de l’hôtel de ville de Butembo, le commissaire divisionnaire de la PNC au Nord-Kivu s’est entretenu avec les commandants de différentes unités en ville de Butembo pour des questions liées à la sécurité et à l’administration. C’est après cette étape que le Général Aba Van Ang a pris la parole devant les journalistes. Cette autorité policière  après la parade. Le commissaire divisionnaire de la Police Nationale Congolaise au Nord-Kivu a appelé ses coéquipiers à beaucoup plus d’efforts pour que la RDC soit debout. Lors de l’entretien avec la presse, il a déploré l’attitude de certains jeunes qui, actuellement, prennent de décisions qui engagent toute la communauté et paralysent les activités à travers la région.

 « Nous devons éviter le chaos. La République Démocratique du Congo doit demeurer débout et se développer. A nos compatriotes là, les dictateurs qui veulent que toute la population suive ce qu’ils veulent, eux, je leur dis que s’ils veulent bien un Etat de droit, l’Etat assis sur les lois et règlements, ils doivent éviter d’imposer leur vie à la population… J’exhorte mes policiers à beaucoup plus d’efforts, à beaucoup plus de courage, à ne pas avoir peur non plus. Les policiers doivent être débout pour que la population soit débout », a-t-il lancé d’un ton autoritaire.

A Butembo comme dans d’autres villes et régions du Nord-Kivu, les groupes de pression, les mouvements citoyens et autres associations sont capables de suspendre les activités socioéconomiques pendant plus de 10 jours. Les semaines avant lundi 26 avril dernier, les activités ont été suspendues ou timidement exercées sur toute l’étendue de la ville de Butembo sur appel de ces groupes qui exigent le retour de la paix et le départ de la MONUSCO. Au cours de leurs manifestations, plusieurs militants ont été interpellés puis libérés par la suite, sauf deux militants de la LUCHA qui, jusqu’ici (03 mai), restent en détention pour incitation à la désobéissance  civile.

Georges Makeo 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *