Nord-Kivu : Des journalistes de Malio, Buliki et Madiwe instruits sur l’exercice de leur métier dans un contexte de conflit

Les journalistes des Radios des Groupements Malio, Buliki et Madiwe en territoire de Beni (Nord-Kivu) regroupés au sein de la Coordination des médias VANYAWETU ont organisé une journée de réflexion, de capacitation et d’échange sur le journalisme dans un contexte de conflit, dimanche 02 mai 2021, à Mabuku en groupement Malio. Cette activité a été organisée en prélude de la célébration de la Journée Internationale de la liberté de la presse chaque 03 mai.

Dans son mot d’ouverture de la séance, Mbusa Kayitula Jean de Dieu, Coordonnateur des Médias initiés par la grande famille VANYAWETU a, au nom de Pascal Mapenzi, Coordonnateur des médias du territoire de Beni, lu le mot de circonstance lié à la célébration de la Journée Internationale de la liberté de la presse ce 03 mai. C’était pour rendre hommage à tous les journalistes qui travaillent dans des zones en conflit.

Mbusa Kayitula est revenu sur certains abus commis contre les journalistes du territoire de Beni comme par exemple la disparition du journaliste de RWENZORI Voice.

« Des cas de ce genre sont multiples ici dans la région de Beni territoire. Nombreux journalistes ont été dépouillés de leurs outils de travail et d’autres ont subi des tortures. A décembre 2018, le journaliste Bernard Muke de la de la Radio Evangélique de Virunga a été torturé par deux hommes en armes qui lui ont ravi plusieurs biens de la radio avec des données d’archivage de la radio. La même année, le journaliste patriote Taipa de la Radio Muungano Oicha s’est vu dépouillé de son dictaphone et de son téléphone quand il quittait sa radio pour son domicile », a-t-il énuméré.

Le Vice-président de la Coordination provinciale de la Société Civile du Nord-Kivu a, pour sa part, analysé le contexte actuel du métier de journalisme. Katembo Mateso Edgar a classé les journalistes dans la catégorie des défenseurs des droits Humains.

Selon lui, la parole du journaliste a trois forces : D’abord exécutoire, ensuite locutoire et enfin perlocutoire. Par conséquent, les chevaliers de la plume courent des risques. Pour cette raison, l’orateur conseille les journalistes du territoire de Beni en général et des groupements Malio, Buliki et Madiwe de savoir se protéger eux-mêmes en tant que défenseurs des droits humains.

Au cours de cette séance d’échange, il a été créé une Corporation de médias des groupements Malio, Buliki et Madiwe qui sera chapeautée par Kavunga Kasereka, Wasukundi Muhindo Jackson, Kasereka Malembe et Kambale Vulo.

Evariste Kasereka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *