RDC : Ces incidents décriés pendant 21 jours de manifestations anti MONUSCO à Butembo et environs (REDHO)  

Le Réseau pour les Droits de l’Homme (REDHO/ASBL) a publié ce mardi 4 mai 2021 un rapport de monitoring sur la situation des incidents décriés pendant les 21 jours de manifestations anti MONUSCO à Butembo  et environs. Pour éviter des incidents du genre à l’avenir, le REDHO a formulé plusieurs recommandations de nature à contribuer au retour de la paix dans la région.

Parmi les incidents, le REDHO condamne le meurtre d’un jeune garçon à FURU. Selon l’esprit de ce rapport dont une copie est parvenue ce mardi 04 mai à RADIOMOTO.NET, deux policiers de Butembo présumés auteurs sont déjà aux arrêts  par l’auditorat militaire de Butembo, en raison d’enquête.

Ensuite, le REDHO note l’incendie de deux bureaux des quartiers en commune Vulamba, le saccage et destructions de maisons habitées par les policiers en Vulamba.

Pendant ces 21 jours sans activités, il y a eu arrestations de plus de 45 Manifestants, poursuit le REDHO.  Les écoles en ville de Butembo et environ n’avaient pas fonctionné et même le camp militaire de Rughenda à Butembo avait été attaqué faisant  4  présumés assaillants  tués.

Pour éviter que pareil mouvement se répète, le REDHO recommande au conseil de sécurité des nations unies de placer la question  des massacres de Beni au premier plan en vue de ramener la paix à l’Est du pays. Il appelle le Président de la  RDC à muter tous les militaires originaires du Nord-Kivu, Sud –Kivu et de  l’Ituri des zones opérationnelles de l’Est  et d’installer temporairement le Quartier Général des FARDC au Chef lieu du Territoire de Beni à Oicha.

Au Vice Premier Ministre et Ministre de l’Intérieur de la RDC de doter les commissariats  des polices des outils  nécessaire pouvant servir  à l’encadrement des manifestants .

Au Responsable National de la DGM de mettre en alerte tous ses agents travaillant aux postes de frontières pour un contrôle sérieux des mouvements migratoires  surtout à l’Est de la RDC en vue de dénicher les criminels.

Le REDHO recommande enfin à la population  d’éduquer les enfants à ne pas s’ingérer dans les manifestations publiques.

Léonce Muliwavyo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *