Rutshuru : 2 civils tués et 2 autres pris en otage par des porteurs d’armes à Kisharu

Deux personnes ont été tuées et deux autres prises en otage et détenues en brousse lors d’une incursion d’inconnus armés à Kisharu dans le groupement de Binza (Nord-Kivu). Cette tragédie remonte à lundi 03 mai dernier dans cette agglomération située à une trentaine de km de Kiwanja sur la route Ishasha en territoire de Rutshuru. Les personnes tuées auraient résisté à un enlèvement.

Les habitants tués sont tous des hommes. Selon la société civile à Nyamilima, non loin du lieu de l’incident, des inconnus armés ont fait incursion à Kisharo lundi vers 20 heures.

«  Il y a eu une incursion de bandits. Ils ont cassé des maisons et ont emporté du bétail. Ils ont également enlevé deux habitants et les sont conduits en brousse. Ils ont également mis fin à la vie de deux autres personnes. Ils sont arrivés dans la zone et voulaient prendre toutes les quatre personnes en brousse, mais les deux qui ont été tuées avaient résisté. On leur a tiré dessus et elles sont mortes. Le corps de l’un a ensuite été mutilé », explique Pacifique Lwaramba, président du noyau de la Société civile à Nyamilima.

Le chef de groupement de Binza confirme la mort de ces deux habitants et le kidnapping de deux autres. Difficile pour l’instant d’identifier les assaillants.

« C’était la nuit et ces bandits armés étaient en tenues militaires et donc difficile de les identifier », affirme Jérôme Nyamuhanzi, chef de groupement de Binza, qui ajoute « Nous avons échangé avec l’armée qui nous dit qu’elle ne peut pas nous dévoiler ses stratégies. Elle-même sait ce qu’elle va faire pour empêcher le retour des situations de ces genres. L’armée promet de se préparer en conséquence ».

La même nuit, un autre habitant a été blessé par balle à Kiseguro, un autre village du groupement de Binza. « Des inconnus lui ont tiré dessus », indique Jérôme Nyamuhanzi sans livrer d’autres détails.

La semaine dernière, d’autres habitants de Buramba, non loin de Kisharo, ont été enlevés par des inconnus armés qui les ont ensuite tués.

Faustin Tawite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *