23 morts à Samboko : Le bourgmestre de Oïcha impatient face aux fruits de l’état de siège

Le bilan des massacres de Samboko-Chani-Chani le dimanche 06 juin dernier va toujours croissant. Des sources contactées par RADIOMOTO.NET sur place ce jeudi 10 juin 2021 parlent de 23 morts. Le Bourgmestre de la commune de Oïcha appelle les services de sécurité à accentuer les efforts.

A la base de l’augmentation du chiffre, la découverte des corps sans vie des personnes tuées par les présumés éléments de l’Allied Democratic Forces (ADF). « Ces corps ont été découverts le mercredi 09 juin dans les champs situés dans les environs de Samboko-Chani-Chani », indiquent des sources de la société civile.

Au regard de ces massacres, le Bourgmestre de la commune de Oïcha appelle les services de sécurité à accentuer les efforts pour endiguer l’insécurité grandissante dans les villages environnants la commune d’Oïcha en secteur Beni-Mbau.

« S’il y a les moyens, il faut que les moyens arrivent en suffisance et au temps opportun. Nous nous voulons vraiment en être bénéficiaires. On sait que ce n’est pas du tic au tac, mais on sait qu’avec la stratégie qui est prise, il y aura quelque chose qui sera faite », espère Nicolas Kikuku se confiant à la presse ce jeudi 10 juin 2021. Il appelle au même moment ses administrés à capitaliser des efforts au côté des services de sécurité.

Les villages attaqués dimanche sont Mutueyi, Maiyamoto, Mapendo, Ualele, Pikamaibo en Ituri et Sayuni en secteur Beni-Mbau. Un rescapé a raconté le mardi 08 juin sur le lit de malade à l’hôpital général de référence d’Oïcha qu’il a échappé miraculeusement à ces massacres qui auraient fait de lui la 14e  victime.

Les présumés ADF ont opéré dans les villages environnant la notabilité de Samboko-Chani-Chani à l’ouest de Maymoya en territoire de Beni le dimanche 6 juin. Outre les 23 personnes tuées, une moto a aussi été brûlée à Sayuni. Des habitants se sont déplacés vers des contrées supposées sécurisées.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *