Sciences : Les forêts de la RDC et de la Chine courent les risques de disparition par incendie (Thèse du CT Maombi Masinda de l’UOR)

Les écosystèmes forestiers du Nord-Est de la Chine (et de la RDC) courent régulièrement un risque d’incendie pendant le printemps et l’automne. A la base, les facteurs météorologiques y sont favorables aux incendies de forêt. C’est ce qu’a démontré ce mercredi 09 juin 2021 Maombi Mbusa Masinda au cours de la défense de sa thèse de doctorat à la Faculté des Sciences Forestières au Northeast Forestry University à Harbin au nord-est de la Chine.

Ce Chef de Travaux en Faculté des Sciences de l’Université Officielle de Ruwenzori a fait entendre que les forêts de la Chine et de la République Démocratique du Congo (RDC) courent les mêmes risques au regard de récentes données rendues publiques par l’Organisation FAO. D’où, redouter la disparition progressive des forêts de la RDC tout comme celle des forêts de la partie chinoise susmentionnée. Voilà ce qui pousse Maombi Mbusa Masinda à conseiller les bonnes pratiques de protéger les forêts de la RDC. Il déconseille par exemple la culture sur brûlis dans les champs.

« Ceux qui passent leurs journées en forêt, qu’ils puissent trouver le courage de la préserver. Et surtout les fumeurs, de se préserver de fumer en forêt. A ceux qui pratiquent l’agriculture, de fournir un effort de ne pas toutes les fois bruler des déchets agricoles. Les études ont montré que quand on brule les déchets, on gagne en peu de temps que quand on les laisse pourrir », a-t-il expliqué.

La défense de la thèse de doctorat de Maombi Mbusa Masinda est un motif de satisfaction le recteur de l’UOR Butembo. Le Professeur Kambere Syayipuma Jean-Roger note que ce chercheur est le deuxième étudiant formé par l’UOR à atteindre le stade de la thèse.

« Dans la perspective de l’enseignement à l’UOR, la vocation est de promouvoir le personnel scientifique pour qu’il devienne le personnel académique. C’est-à-dire de passer de chef de travaux à docteur en thèse. C’est donc le fruit de tout ce mandat dans lequel on est engagé depuis 2015 d’envoyer nos propres enseignants pour faire les thèses et revenir remonter la qualité de l’enseignement au niveau de l’UOR. Avant lui il y avait Ndeho Oscar qui venait de défendre aussi sa thèse en Hydrobiologie », a mentionné le Recteur.

D’autres formés par l’UOR attendent bientôt de défendre leurs thèses de doctorat. A leur retour, ils vont appuyer plus de 25 professeurs docteurs de cette Université dans la formation des étudiants.

Patient Akilimali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *