RDC : « L’indépendance n’est restée que de nom » (Population de Goma)

L’indépendance de la République Démocratique du Congo n’est restée que de nom, sans aucune avancée digne d’un pays qui se dit souverain. C’est l’opinion des habitants de Goma interrogés ce mercredi 30 juin 2021, jour marquant 61 ans depuis l’accès de la RDC à la souveraineté nationale et internationale. Demi-siècle additionné à plus d’une décennie plus tard, les jeunes continuent à s’interroger.

Pour Patrice, l’immixtion de la métropole est encore d’ampleur. « Jusqu’à présent je ne vois vraiment pas qu’il faut parler de l’indépendance. C’est  difficile pour nous de décoller suite à l’immixtion des impérialistes dans tous les domaines de la vie de notre pays. Dans tout ce que nous faisons, on voit toujours la main de ceux qui nous ont colonisés, c’est pourquoi je dis que nous sommes toujours colonisés. Il y a encore beaucoup de défis à relever », indique-t-il avant que mademoiselle Emie ne poursuive « Et bien évidemment, cet impérialisme s’explique par la pesanteur qu’exercent la métropole et l’occident sur le système électoral en RDC et en Afrique ».

A cet autre jeune garçon à coté de renchérir « C’est par les élections que nous devrions l’indépendance de notre pays. Mais nous dépendons toujours des blancs. Ce sont eux qui nous imposent nos dirigeants. Nos élections sont toujours dominées par la tricherie. Les blancs décident à dire : c’est tel qui sera président de la RDC durant ce mandat. Nous sommes toujours dépendants d’eux, on ne fait rien sans eux. Sommes toujours dans la dépendance ».

Ces défis de plus qui enfoncent la RDC dans la dépendance

Clément lui, soutient qu’autant que la RDC aura besoin de l’extérieur pour résoudre ses problèmes sécuritaires, il sera utopique de la qualifier d’indépendante. « Sur le plan sécuritaire, il y a encore des groupes qui entrent en gré dans notre pays, et pour les neutraliser, il faut encore l’intervention des étrangers comme les casques bleus de la MONUSCO… Tout cela montre que nous sommes encore dépendants ».

Mais Brenda, pense de son côté que la vraie indépendance du pays s’expliquerait d’emblée par la résorption du chômage déguisé dans lequel nage la jeunesse. « Nous sommes confrontés au chômage. Il y a beaucoup de jeunes qui ont fini leurs études mais qui croupissent toujours dans le chômage, et sont jusque-là sans emplois ».

Face à un Etat où tout problème est priorité ; d’aucuns se demandent s’il faut le replacer ce pays sous le joug des colonisateurs pour le relever.

Jeudi 30 juin à Léopoldville, aujourd’hui Kinshasa ; la Belgique, alors pays métropole, proclamait l’indépendance de la RDC, cédant ainsi à la pression exercée contre elle par plusieurs Congolais,  dont Patrice Lumumba.

John Tsongo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *