RDC-Elections 2023 : « Dans le sens de la bonne gouvernance, le recensement est un outil très capital » (Prof. Dady Saleh)

Quel impact peut produire le recensement envisagé en RDC sur le développement ? RADIOMOTO.NET a posé cette question au professeur Dady Saleh, Enseignant d’Université en Economique de Développement. Pour lui, une planification appuyée sur des chiffres précis est de nature à booster le développement.

Joint au téléphone depuis Goma, ce spécialiste en Economie de Développement indique que les données exactes sur le nombre des habitants d’un pays jouent dans la bonne planification. Pour lui, il est honteux qu’un Gouvernement qui se respecte continue à élaborer une loi budgétaire sur base des estimations. Le Professeur Dady Saleh mentionne qu’avec une planification appuyée sur des chiffres précis est de nature à booster le développement en RDC.

« On ne sait pas si à Butembo il y a 1.000.000 de personnes. On ne sait pas si à Kinshasa il y a 20.000.000 ; comment les gens peuvent se développer sans savoir si nous sommes combien ? Pour faire simple, le papa qui doit amener la nourriture dans sa maison, il ne sait pas s’il y a 10 personnes, ou 20… Dans le sens de la bonne gouvernance, le recensement est un outil très capital pour le développement. On devrait exiger le plus rapidement possible d’avoir des recensements. Ça n’a rien à voir avec la majorité ou l’opposition. C’est pour le bien et le développement de notre société », a-t-il argumenté.

Le Professeur Dady Saleh ajoute que l’opération de recensement de la population ne doit pas être prise pour alibi dans le but de justifier le report des élections en 2023.

« C’est une opération qui prend quand même du temps. Le risque est que ça puisse glisser parce que ça devrait commencer depuis très longtemps. Politiquement parlant, s’il y a de moyens ça peut finir parce qu’on a encore deux ans », poursuit-il.

Le gouvernement congolais souhaite organiser le recensement général de la population en prévision des prochaines élections de 2023. Le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde a réuni, lundi 5 juillet 2021 à Kinshasa, différents ministres pour relancer l’organisation du recensement.

Le dernier recensement date de 1984. Des acteurs de l’opposition voient dans l’organisation de cette couteuse opération une manœuvre pour retarder la tenue des scrutins projetés en 2023.

Patient Akilimali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *