Vital Kamerhe libre : “En RDC, lorsque la politique entre par la porte, le droit sort par la fenêtre ” (Maître  Chinois Mbafumoja)

La liberté provisoire de Vital Kamerhe, Président de l’UNC suscite des réactions à travers le Pays. La Radio Moto Butembo-Beni vous présente ce mardi 7 décembre la réaction pédagogique de Maître  Chinois Mbafumoja, avocat au Barreau de l’Ituri. Même si la liberté est un droit de tout citoyen, cet homme de Droit craint que la politique se mêle dans cette affaire.

Pour ce juriste, la liberté est un droit reconnu par la loi et la procédure pénale. Quant au payement de la caution, Maître Chinois Mbafumoja retient que la liberté provisoire n’est pas gratuite. Il enseigne que le bénéficiaire de la liberté provisoire est obligatoirement soumis à payer quelques sous au profit du trésor public. Toutefois, notre interlocuteur renseigne que les 500.000 dollars américains exigés pour la liberté provisoire de Vital Kamerhe serait la caution la plus lourde qu’aucun congolais n’a payé dans l’histoire du pays.

« … Il y a des conditions. On vérifie si sa fuite n’est pas à craindre, s’il a l’adresse bien connue. Comment il s’est comporté dans l’amigo ? Alors vous payez ce qu’on appelle caution. Pour Vital Kamerhe, on apprend qu’il a payé 500.000 dollars. Dans l’histoire de la RDC, c’est la première fois qu’on attend cela », a-t-il mentionné.

Interrogé sur la réaction sociale qui trouve que la justice congolaise cherche à blanchir Vital Kamhere de son infraction de détournement des deniers publics, Maître Chinois Mbafumoja trouve une explication. Il estime que le motif de libérer provisoirement le patron de l’UNC est débout, argumentant que la santé n’a pas de prix. Toutefois, s’il arrive que la politique se mêle dans cette liberté provisoire qui est une disposition de Droit, l’opinion peut retenir que Vital Kamerhe ne rentrera plus en prison.

« En RDC, lorsque la politique entre par la porte, le droit sort par la fenêtre. Si la politique s’ingère dans cette affaire, alors Vital est déjà libéré. C’est le début de sa liberté définitive. Si la politique ne s’ingère pas, Kamerhe va rentrer en prison. C’est vrai on peut diminuer la peine, mais il sera encore cueilli », ajoute maître Chinois Mbafumoja.

La Cour de cassation a accordé, lundi 6 décembre la liberté provisoire à l’ancien directeur de cabinet du Chef de l’Etat, Vital Kamerhe. Cette juridiction fonde sa décision sur le tableau médical très critique du président de l’UNC.

Kakule Kilumbiro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.