Beni : une messe de requiem organisée en faveur des victimes des massacres à Mwenda

Une messe de requiem a été dite ce mardi 4 janvier 2022 en faveur des victimes des massacres orchestrés par des combattants de l’Allied Democratic Forces (ADF) à Mwenda, une entité à plus ou moins 9 kilomètres de Mutwanga-cité, chef-lieu du secteur Ruwenzori en territoire de Beni (Nord-Kivu). À cette occasion, les chrétiens ont été appelés à prier pour le rétablissement de la paix dans la zone.

Sur organisation de la paroisse catholique saint Paul et Pierre de Mutwanga et l’approbation du cabinet administratif du secteur précité, celle-ci a été célébrée par l’abbé curé de cette paroisse dans le sous-secteur Catholique de Mwenda-Matonge.

Tout a commencé par une progression d’adoration du secteur Kakalali au sous-secteur catholique de Matonge à Mwenda autour de 10h. De centaines d’habitants, hommes, femmes et enfants sont allés rendre hommage à leurs familiers, amis et connaissances qui ont péri dans les tueries sans merci  orchestrées par des combattants ADF dans ce coin du secteur Ruwenzori.

Dans son homélie tirée de Marc chapitre 6 verset 34,  le célébrant du jour a prêché l’amour. Monsieur l’abbé Ghyslain Katsere a appelé les fidèles catholiques à “ne pas céder aux menaces des ennemis de la paix, plutôt à se confier à Dieu tout puissant“.

L’occasion faisant le larron, cet homme de Dieu a appelé les autorités de Kinshasa à restaurer la paix de cette partie du territoire national.

“La paix se recherche. Ce n’est pas quelque chose qui tombe du ciel”, a-t-il lancé.

Avec une forte douleur, les participants à cette messe disent retenir des bons souvenirs des illustres disparus. Ils plaident pour la sécurisation des civils par le gouvernement congolais.

Plusieurs autorités dont celles militaires, administratives, coutumières et ecclésiastiques ont pris part à cette messe qui s’est close aux environs de 13h.

Pour mémoire, au-moins 23 personnes ont été tuées par des présumés combattants ADF à Mwenda un certain 4 et inhumées le 5 janvier 2021. Outre ce dégât, plusieurs civils ont été pris en otage et des animaux de base cour emportés.

Richard Makulumbe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.