Solennité de la Sainte Face de Jésus : « C’est un entrainement d’entrer dans la réalité spirituelle de 40 jours tels que Jésus les a vécus » (Abbé Damien Vururu)

La solennité de la Sainte Face de Jésus a été célébrée avec joie le mardi 1er mars 2022. Les heureuses du jour sont les sœurs bénédictines réparatrices de la Sainte Face de Jésus. A cette occasion, l’Abbé Damien Vururu a prêché que cette solennité est « un entrainement d’entrer dans la réalité spirituelle de 40 jours tels que Jésus les a vécu ».

Pour marquer d’un caché spécial cette solennité, les sœurs Bénédictines et les moines bénédictins ont prié ensemble à travers une messe dite au couvent des sœurs à Butembo-Ngengere.

Cette eucharistie a été présidée par l’Abbé Damien Vururu, curé de la paroisse cathédrale. Il a noté que la veille du début du carême, dite Mardi Gras, s’exprime de différentes manières.

Pour les uns, explique-t-il, il faut manger pas comme possible afin d’affronter les exigences de 40 jours de la période du carême. Pour d’autres, c’est le moment d’exprimer son rêve.

L’Abbé Damien Vururu mentionne en outre que le mardi gras est un moment d’entrainement qui va conduire les chrétiens à bien passer les 40 jours afin qu’au dernier jour du carême, tout chrétien arrive à exprimer et proclamer la mort et la résurrection du Christ.

« Ce jour qui est la veille du mercredi de cendre, nous sommes déjà appelés à l’entrainement de 40 jours auxquels nous allons toucher du doigt, la réalité de Jésus, qui concerne sa passion, son rejet, sa mort, son ensevelissement mais aussi, sa résurrection. Donc, ce mardi Gras, à travers les exercices auxquels nous sommes appelés, il faut que ce soit nous, un entrainement d’entrer dans la réalité spirituelle de 40 jours tels que Jésus les a vécu. Soyons réellement des hommes et des femmes qui soient en mesure de proclamer hautement la résurrection, qui aura été aussi notre résurrection après un passage obligé de la passion », a-t-il prêché.

Dans le même commentaire, le célébrant a cité les figures comme Moise, Elie, Jean qui ont souffert pour avoir accepté la volonté de Dieu. Il a ajouté que Jésus lui-même a souffert parce qu’il a accompli le grand commandement de l’amour. C’est pourquoi l’Abbé Damien Vururu a rappelé aux sœurs que dans cette vie qu’elles ont choisie, elles auront à affronter certaines réalités douloureuses parce qu’elles ont choisi la voie du Christ.

« Nous tous ici, nos sœurs de la Sainte Face, ça doit être ça. C’est l’amour de Dieu à partir duquel il faut consentir même les surprises qui vont en défaveur des humiliations qui ne demandent pas qu’on trouve des explications. Mais, seulement qu’on accepte Dieu et on aime les hommes. Jésus dont la face est défiguré et radieuse. Donc, nous sommes appelés à vivre notre Pacques à travers sa face », a renchéri l’Abbé Damien Vururu.

Notons qu’au cours de la même eucharistie, un bébé a été reçu dans la sainte famille de Dieu à travers le baptême. Cette messe a aussi été une occasion pour les sœurs bénédictines réparatrices de la Sainte face de Jésus de renouveler leurs engagements.

Kakule Kilumbiro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.