Nord-Kivu : la NSCC de Ruwenzori plaide pour la réduction des frais de participation aux épreuves de l’Exetat

La Nouvelle Société Civile Congolaise (NSCC) de Ruwenzori en territoire de Beni (Nord-Kivu), sollicite le gouverneur militaire du Nord-Kivu, de réduire les frais de participation aux épreuves d’Examen d’État en faveur des enfants de son secteur.

Meleki Mulala, Coordonnateur de cette structure de défense des droits humains dans cette partie du territoire de Beni, indique que, 1.481 candidats sont entendus dans la sous division de l’EPST de Bulongo hormis ceux du groupement Banyangala qui sont contrôlés par Kamango. Il souligne que sur 76 écoles que contait cette sous division avant l’insécurité dans cette partie, seulement 60 fonctionnent avec des difficultés suite à l’insécurité imposée par les rebelles présumés de l’ADF.

Cependant, il souligne que sur les 5 groupements que compte le secteur Ruwenzori, seul le groupement Basongora a une petite accalmie. Il note que presque 80% de la population du secteur de Ruwenzori ne fréquentent plus leurs champs alors que c’est là qu’ils trouvaient des moyens pour vivre.

« Pendant que la province nous demande de payer 121.000 francs congolais, nos champs sont devenus des mouroirs, nos parents et nous les enfants sommes devenus des déplacés sans assistance. Les uns sont devenus des orphelins, comment ils vont participer aux épreuves d’examen d’État avec le 121.000 francs congolais, hormis d’autres frais demandés par les établissements ? », s’interroge le coordonnateur du NSCC de Ruwenzori.

Mumbere Mulala Meleki ajoute que « les enfants viennent de passer le stage encore après avoir payé d’autres frais et d’ici peu les enfants qui vont aller à 8ième, eux aussi, vont participer à d’autres concours qui seront aussi payés ».

C’est pourquoi, la NSCC sollicite le gouverneur militaire du Nord-Kivu de se soucier de cette partie du territoire de Beni. Elle souhaite que le Gouverneur du Nord-Kivu revoie les frais qu’il a décidé. Son souhait est que les parents paient les mêmes frais de l’année scolaire passée.

Richard Makulumbe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.