Nord-Kivu : l’usage des filets prohibés parmi les causes de la faible production des poissons sur lac Edouard

Le vice-président de la pêcherie de Kisaka, une agglomération riveraine située à Kaghuli-Lac sur la côte ouest décrie la production insuffisante des poissons sur les eaux du lac Edouard. Il attribue cette situation notamment à la pêche illicite, l’utilisation des filets prohibés et surtout la corruption au sein des services techniques de contrôle.

Dans une interview accordée à RADIOMOTO.NET le mardi 17 mai 2022, Kambere Nginga Espérant désapprouve le désordre observé ces jours dans la pêche sur les eaux du lac Édouard. Il appelle le service de l’environnement et l’AGRIPEL à bien jouer leur rôle en vue d’accroître la production des poissons.

« L’état de lieu des eaux du lac Edouard se détériore davantage. La pêche illicite s’accentue, les pêcheurs clandestins sont devenus très nombreux, ils utilisent des filets prohibés. Je demande au gouvernement d’avoir pitié de nous, d’instruire le service d’environnement, l’AGRIPEL de bien faire leur travail. Quand nous étions au banc de l’école, on nous enseignait que le lac Edouard était parmi ceux qui produisaient beaucoup des poissons. Mais, actuellement ce n’est plus le cas. C’est à cause de ceux qui sont censés le protéger », a-t-il déclaré.

Et face à cette situation, l’Association sans but lucratif (ASBL) Actions des jeunes villageois pour l’environnement et la défense des droits humains (AJVDEH) invite le gouvernement congolais à s’impliquer dans la protection des éco-gardes et « sanctionner tous ceux qui sont accusés dans la destruction des ressources halieutiques ».

Jusque-là, il nous est encore difficile d’entrer en contact avec les services incriminés afin d’avoir leurs versions des faits.

Ghislain Siwako

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.