Rutshuru : panique suite à la reprise des combats entre les FARDC et le M23 à Rutshuru, deux soldats tués

De nouveaux affrontements entre les militaires des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les combattants du M23 sont signalés en territoire de Rutshuru (Nord-Kivu) depuis ce lundi 06 juin 2022. Ces combats ont encore provoqué un mouvement des habitants dans certains coins du groupement de Jomba pendant que dans d’autres, vaquent à leurs activités. L’on rapporte également la mort de deux soldats congolais au front.

Les détonations des armes lourdes se sont fait entendre depuis le groupement de Jomba, toute la matinée de ce lundi 06 juin jusqu’à la mi-journée.

Selon des sources de la société civile forces vives en groupement de Jomba, les militaires FARDC pilonnaient les collines de Chanzu et Runyoni pour faire face aux combattants du M23. Difficile, du moins pour l’instant, de savoir qui des FARDC ou des combattants M23 ont provoqué les tirs de l’autre camp.

Des sources locales renseignent qu’en dépit de ces détonations des armes lourdes, la situation est restée calme à Bunagana et à Chengerero à Kabindi, d’autres villages du groupement de Jomba.

Le président du noyau de la société civile en groupement de Jomba, Damien Sebusanane explique que les habitants se sont presque accoutumés à cette situation des affrontements en répétition et sont presque obligés de faire avec pour survivre.  Mais, des sources de la nouvelle société civile en groupement de Jomba signalent un mouvement des habitants de Kinyamahura en direction de villages Kinoni et Kabingo, dans le groupement voisin de Busanza.

Nombreux y rejoignent leurs proches qui y sont cantonnés dans des écoles depuis plus d’un mois déjà, indique le président de la nouvelle société civile en groupement de Jomba, Innocent Tumaini.

Deux soldats tués au front

L’armée congolaise accuse les terroristes du Mouvement du 23 mars (M23) d’avoir bombardé une de ses positions aux alentours du village Bugusa. Dans un communiqué publié ce même lundi et lu par RADIOMOTO.NET, les FARDC affirment que le M23 a tué ses deux soldats, blessant cinq autres.

Faustin Tawite et Joël Kaseso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.