Beni : plus de 229 finalistes ont raté l’Exetat à l’EPST Bulongo

Une trentaine d’écoles primaires et secondaires ont fermé leurs portes en sous-division de l’Enseignement primaire, secondaire et techniques (EPST) de Bulongo en territoire de Beni (Nord-Kivu) cette année scolaire 2021-2022. Ces écoles s’ajoutent à une cinquantaine d’autre qui n’ont pas ouvert leurs portes depuis le début de l’année. L’on note également que plus de 229 finalistes ont raté l’Exetat dans la région.

Selon le chef de cette entité éducationnelle, cette situation est consécutive à la dégradation de la situation sécuritaire dans la zone, caractérisée par les attaques répétées des rebelles. Les attaques qui ont occasionné un déplacement massif des habitants dont des élèves et écoliers.

« Ceci a impacté négativement sur les effectifs des candidats aux épreuves de l’Examen d’Etat », indique-t-il.

Au cours d’un entretien avec Radio Moto Oicha le jeudi, à l’issue de la quatrième et dernière journée des épreuves de l’Exetat, le sous Proved a déploré les faibles effectifs des candidats à ces épreuves.

« Plus de 229 élèves finalistes du secondaire ont raté cet examen en sous-division de l’EPST/Bulongo. Ces absences sont la conséquence directe de l’insécurité », révèle Dominique Kambale Sondirya.

Il fait savoir qu’un nombre important des écoles n’ont pas fonctionné dans son entité éducationnelle.  Les unes, surtout de l’axe Kilya et Halungupa, n’ont pas ouvert leurs portes depuis le début de l’année et les autres de l’axe Bulongo-Masambo ont fermé après la réouverture de leurs portes.

Quoi qu’il en soit, Dominique Kambale Sondirya se félicite de la clôture de cette année scolaire. Vu les menaces sécuritaires qui ont pesé et qui pèsent sur son entité éducationnelle, le sous Proved appelle le gouvernement à rétablir la paix dans la région pour faciliter une bonne éducation des enfants, futurs cadres de ce pays.

Signalons que certaines écoles sont parmi les maisons incendiées par des ADF, lors de leurs hostilités dans le secteur Ruwenzori. Certains apprenants demeurent aussi introuvables.

Richard Makulumbe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.