Rutshuru : les conclusions de la commission de démarcation des limites légales du parc des Virunga à Kiseguru et Katwiguru connues

Les conclusions de la commission de démarcation des limites légales du Parc national des Virunga (PNVi) au niveau de Kiseguro et Katwiguru, en groupement de Binza dans le territoire de Rutshuru (Nord-Kivu) sont connues. Elles ont été rendue publiques au cours d’une courte séance de travail ce vendredi 19 aout 2022 en salle Sainte Chrétienne de Kiwanja. Ces conclusions confirment les limites soutenues par les experts de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN).

La séance de ce vendredi a porté essentiellement sur la communication des conclusions de travaux qui avaient démarré cinq jours plus tôt. L’administrateur de territoire de Rutshuru et président de cette commission annonce, dans sa communication, que les résultats de l’analyse des experts indépendants, à savoir l’institut géographique du Congo, le service du cadastre et de l’environnement, corroborent l’emplacement la limite légale du parc soutenue par l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN).

« Les données des repères de limites supposées par la population ont coïncidé avec l’ancien sentier quittant Bukoma, Busagiri, Kiguri, croisement Mai Ya Invi et la rivière Ngesho, tel que repris sur les archives cartographiques de la zone. Après considération des avis des uns et des autres, il ressort clairement que la limite légale du PNVI dans les villages de Kiseguru et Katwiguru correspond aux donnés présentés par l’ICCN et confirmées par les experts indépendants », a indiqué l’administrateur de territoire de Rutshuru dans son communiqué lu par son directeur de cabinet Augustin Kizito Ndemengi.

Ce communiqué précise « les analyses faites par les experts (Institut Géographique du Congo, Service du cadastre et de l’environnement) ont corroboré les données des archives cartographiques indiquant l’emplacement du repère de la limite légale sentier Rutshuru, Kalimbo, Kabare ».

Mais les délégués des habitants de Kiseguro dans cette commission sont loin d’être satisfait de cette conclusion.

« Nous sommes désolés à la fin que ce soit les données de l’ICCN qui soient prises en compte alors que nous avons clairement, sans hésitation, prouvé à la face du monde que la vérité se trouve du côté de la population. Nous disons que la population soit calme. Nous allons faire nos recours. Nous allons saisir l’autorité provinciale par une correspondance, nous allons jusqu’à saisir même, le Président de la République. Je crois que les démarches continuent, seulement nous ne voulons pas que l’ICCN procède aux travaux alors que la question n’est pas encore décantée », a indiqué Najibu Nyalamba, un des délégués de la communauté locale, au sortir de cette séance de communication des conclusions de ces travaux de démarcation des limites légales du PNVI à Kiseguro.

En attendant, l’administrateur de territoire de Rutshuru indique dans son communiqué que la matérialisation de ces limites se fera faite ultérieurement. En outre, il recommande aux deux parties de renforcer la collaboration pour que ce travail se fasse dans un climat apaisé tout encourageant les communautés locales et leurs représentants à accélérer les plaidoyers pour résoudre la problématique foncière en territoire de Rutshuru.

Faustin Tawite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.