PNVi : un poste de patrouille des gardes parcs incendié après le meurtre d’un cultivateur à Kasindi

Le poste de patrouille des éco-gardes du Parc national des Virunga incendié ce jeudi 22 septembre 2022. Ph. Héritier Ndunda

Le poste de patrouille des gardes-parc qui se situe sur la route nationale n°4 dans la partie dite « Congo ya Sika », au poste frontalier de Kasindi en territoire de Beni (Nord-Kivu), a été incendié l’avant-midi de ce jeudi 22 septembre 2022. Ce, par des manifestants en colère contre le meurtre d’un cultivateur, la veille, par un éco-garde du Parc national des Virunga (PNVi).  

Ces manifestants disent exprimer leur indignation au lendemain d’une altercation entre les cultivateurs et les éléments de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) en patrouille mercredi au-delà de la limite provisoire entre la partie Congo ya Sika et le Parc national des Virunga.

Au bout des altercations, un cultivateur a été tué par balle d’un garde Parc qui a été aussi blessé à la machette. Un autre cultivateur a également été blessé par balle. La tension s’est poursuivie ce jeudi.

Toutes les maisons construites dans ce poste de patrouille ont alors été réduites en centre pendant que les manifestants transportaient le cercueil du défunt. En fait, la manifestation improvisée est partie du Centre de santé de référence de Lubiriha en passant par le parking Kangazi au cœur de Kasindi. Elle s’est poursuivie jusqu’au poste de patrouille des Eco-gardes qui a pris feu. Face à cette situation, les activités socio-économiques ont été paralysées au centre commercial de Kasindi-Lubiriha.

En réaction, le chargé de liaison de l’ICCN secteur nord, Merdi Baraka, condamne avec véhémence l’incendie dudit poste des gardes parcs. A l’en croire, « la violence ne va pas aider pour une solution, l’option du dialogue est important et que les habitants de Kasindi doivent se méfier des personnes de mauvaise volonté qui lancent des appels contre l’ICCN. »

Il a également demande aux cultivateurs qui exercent leurs activités au-delà de la limite provisoire de dégager avant le temps.

« Pas question des cultivateurs, pas question de tolérance et l’heure est à la prévention », a-t-il insisté.

Merdi Baraka ajoute que la Justice va faire son travail pour tirer les choses au clair en dépit des dégâts humains et matériels dans l’affaire qui oppose l’ICCN à certains habitants de Kasindi.

Héritier Ndunda

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.