Grève de la COODEPROVI à Butembo : le député Mbindule saisit Bemba pour décanter la situation

La grève de la Coopérative des dépositaires et d’écoulement des produits vivriers (COODEPROVI) est toujours en cours en ville commerciale de Butembo et environs. Le député national Mbindule Mitono Crispin a saisi le vice-premier ministre et ministre de la défense nationale et anciens combattants pour proposer des pistes de solution.

Il s’est exprimé dans une correspondance d’information datant de lundi 05 février 2024. Dans ce document, Mbindule aborde en marge que la grève de COODEPROVI est consécutive à l’augmentation abusive de la taxe sur expertise de certification et de bonne santé végétale et celle sur embarquement de fret terrestre en province du Nord-Kivu.

La première est passée de 0,005 dollars américains, le kilogramme en 2023 à 0,0125 dollars américains, le kilogramme en 2024. La seconde, elle, est passée de 40 milles Francs congolais à 25 dollars américains. Ce qui dénote, selon l’analyse de l’élu de Butembo, que ces deux taxes sont passées, dans l’ensemble, de 45 dollars américains en 2023 à 150 dollars américains en 2024.

C’est pourquoi, ce parlementaire sollicite l’intervention urgente du vice-premier ministre et ministre de la défense nationale et anciens combattants afin d’éviter une crise alimentaire aux côtés d’une crise sécuritaire qui n’a que trop duré.

Le député national voudrait voir Jean-Pierre Bemba appeler urgemment le gouverneur militaire du Nord-Kivu à stopper la perception du montant revu à la hausse et appliquer la taxation antérieure pour les deux taxes.

Il est à noter que cette semaine est la deuxième de la grève de COODEPEVI. Outre le plaidoyer du député Mbindule pour répondre au desideratum de cette structure, elle-même, a déjà interpelé, à travers le maire de Butembo, la Direction générale des recettes du Nord-Kivu (DGRNK) qui perçoit les deux taxes.

Jusqu’à la diffusion de cette nouvelle, la DGRNK n’a jamais communiqué sa réaction sur la justification du galop de ces tributs.

Patrick Kalungwana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.