Kasindi : la société civile radicalise son mouvement de grève

Le mouvement de grève en cours au poste frontalier de Kasindi, dans le territoire de Beni (Nord-Kivu), a été radicalisé ce samedi 10 février 2024. Les journées ville morte continuent jusqu’à l’obtention de la mutation des policiers, des agents de sécurité qui ont longtemps œuvré dans la région, et du départ des soldats congolais en brassard carotte, apprend-on des sources locales.

Toutes les activités restent paralysées. C’est la décision prise ce samedi à l’issue d’une assemblée d’évaluation tenue au bureau de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) section de Kasindi.

Les écoliers, élèves, étudiants, déclarants, motards,  chauffeurs, manutentionnaires, et les changeurs de monnaie sont appelés à se joindre à cette initiative des structures de la société civile du groupement Basongora.

« Les deux jours qu’on a fait, les autorités n’ont pas pris en considération notre demande d’enlever ces militaires ici à Kasindi, les policiers et tout appareil sécurité qui a longtemps œuvré à Kasindi. Ils ne nous aident à rien. Les autres s’en donnent à la fraude sans penser à la sécurisation de la population. La grève continue jusqu’à ce qu’on va répondre à notre demande », a insisté Jade Butsapu, cadre de la société civile locale, qui a communiqué les grandes lignes des assises.

La grève a été lancée jeudi dernier. La veille de ce jour, Nguru Mapasa Shamaene Marcel, patron du Shop Florida de Kasindi-Lubiriha, a été tué par des bandits armés non encore identifiés au quartier Muvingi.

La société civile a, alors, décrié la « légèreté » des services de sécurité dans la sécurisation des civils et de leurs biens.

Héritier Ndunda

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.