Nord-Kivu : Détérioration de la situation humanitaire à Masisi suite à l’activisme du M23

La situation humanitaire est devient de plus en plus précaire dans le territoire de Masisi depuis la résurgence des affrontements entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les jeunes résistants Wazalendo contre les rebelles du M23. Cette alerte émane de la société civile territoriale de Masisi, au cours d’un entretien téléphonique accordé RADIOMOTO.NET ce samedi 10 février 2024. Cette structure citoyenne appelle à la responsabilité du gouvernement et lance un SOS à la communauté internationale.

Depuis les attaques récurrentes des rebelles du mouvement du 23 mars M23, contre les agglomérations du territoire de Masisi, la situation humanitaire ne fait que se détériorer. La société civile de ce territoire rapporte que plusieurs habitants passent nuit dans des écoles, hôpitaux et d’autres encore à la belle étoile. Ce, après avoir abandonné leurs domiciles en se rendant dans des zones supposées sécurisées.

Telesphore Mitondeke, rapporteur de la coordination de la société civile de Masisi, démontre aussi que des milliers de déplacés venus du territoire de Rutshuru pour Sake se sont à nouveau déplacés vers Goma. Cela, suite aux affrontements nouvellement enregistrés entre les FARDC, les jeunes patriotes Wazalendo contre le M23.

« … Des milliers de familles déplacées, malheureusement toutes ces populations ont été dans l’obligation de se déplacer même jusque Goma. Ils sont disséminés dans plusieurs coins », se désole notre source.

« Sauvons les vies »

Au vu de cette situation, la société civile de Masisi, pense qu’il est temps que les autorités militaires congolaises prennent des décisions pouvant mettre hors d’état de nuire les rebelles du M23. A elle d’appeler la communauté internationale à intervenir pour sauver des vies des civils actuellement en débandade suite à la guerre.

« Nous appelons les uns et les autres à la responsabilité selon que les attributions sont dévolues », interpelle monsieur Telesphore Mitondeke.

Il faut le savoir, le mouvement du 23 mars soutenu par le Rwanda, a intensifié ses attaques contre les positions des Forces armées congolaises depuis un certain moment. Pourtant, il indiquait observer un cessez-le-feu mis à place par les facilitateurs kenyans, dans le cadre de la cessation des hostilités dans le petit Nord-Kivu.

Glodi Mirembe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.