Butembo : des jeunes de la paroisse catholique de Kyavuyiri édifiés sur la prévention contre les IST

Les jeunes de la paroisse Sainte Croix de Kyavuyiri ont été en recollection ce dimanche en l’église paroissiale. Tout a commencé par les chants de louange et puis les enseignements. Ces derniers ont porté sur les infections et/ou maladies sexuellement transmissibles.

Le thème a été développé par le docteur Vianney du Centre Hospitalier Wanamahika. Dans son exposé, ce médecin a révélé que dans des hôpitaux, plusieurs cas des IST ont été diagnostiqués, l’année écoulée. Et les victimes sont majoritairement des jeunes, a-t-il précisé, avant d’inviter les jeunes à adopter un comportement sexuel responsable en optant pour l’abstinence pour les célibataires et la fidélité pour les mariés.

« Nous avons dit aux jeunes de considérer la prévention comme la première partie importante de leur traitement. Parce que s’ils se prévenaient contre les maladies sexuellement transmissible, ça va aider à ce qu’on ne puisse pas ajouter au nombre de cas déclaré. C’est déjà beaucoup pour une population. Pour ceux qui ne sont pas mariés, de s’abstenir », a-t-il insisté.

Après ces enseignements, une messe a eu lieu. Il s’agit d’une action de grâce  pour l’année écoulée et d’ouverture de la nouvelle année.

Le père Philémon Munduwandi qui l’a présidé, a appelé les jeunes à être  reconnaissants envers Dieu pour toutes grâces reçues de lui.

Pour sa part, le coordonnateur de l’UJC Kyavuyiri, Alvine Mikundi, a confirmé à RADIOMOTO.NET que cette récollection était aussi une occasion d’échanger les vœux du nouvel an entre jeunes pour exprimer leur unité dans le Christ.

« Il y a eu une grande activité ici en paroisse de Kyavuyiri. Nous avons réuni tous les jeunes de la paroisse. Le message du jour était pour que les jeunes puissent se mettre en tête que c’est eux qui constituent l’église de demain », a-t-il circonscrit.

Après la messe, les cérémonies d’échange des cadeaux ont eu lieu dans les enceintes de la communauté Frères de l’Assomption à la Procure.

Dany  Mweusi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.