Butembo : la société civile de Mususa inquiète de l’insécurité qui se solde par de meurtres

L’insécurité en ville de Butembo caractérisée par des braquages des boutiques et cash-points, des incursions des hommes armés de fusils dans les maisons d’habitation inquiète la société civile, forces vives, de la commune de Mususa. Son président s’est confié à RADIOMOTO.NET le mercredi 17 avril 2024.

Maître Moïse Ndekeyonge regrette la mort, le weekend dernier, d’un taximan vers Kaliva au cours d’une opération de pillage des biens dans une boutique par des bandits porteurs d’armes à feu. Le dernier cas qui prouve la persistance de l’insécurité en commune Mususa est l’incursion, la nuit du mardi 16 au mercredi 17 avril 2024, des hommes armés dans plusieurs maisons d’habitation au quartier Katwa en cellule Vuhika.

A ce niveau, Maître Moïse Ndekeyonge appelle les autorités urbaines et communales, y compris les services de sécurité, à revoir leurs stratégies de sécuriser les populations civiles.

« Ça c’est déjà un problème dans notre commune. Pas plus tard qu’hier (mardi : ndlr), il y a eu incursion d’hommes armés dans le quartier Katwa, en cellule Vuhika. Les bandits ont eu à visiter une affaire de 5 ménages. Ils ont emporté des téléphones, de l’argent, des ordinateurs. En tout cas, ça devient un peu insécurisant. Il y a parfois morts d’hommes », a-t-il regretté.

A la population, Maître Moïse Ndekeyonge recommande la vigilance et la dénonciation des faiseurs de l’insécurité. Ici, le président de la société civile de Mususa s’adresse aux jeunes de contribuer à rétablir la sécurité dans leur entité.

Toutefois, il leur interdit toute forme de justice populaire pour éviter la perte de trace des acteurs et instigateurs de l’insécurité.

« Une fois on a mis la main sur la personne suspecte, nous avons toujours dit que ce n’est pas bon de passer par la justice populaire. Parce que de fois, on perd les traces. Mais si on a arrêté quelqu’un avec une arme, de par l’interrogatoire, on sait voir et trouver même la provenance de l’arme », a-t-il démontré.

Notons que ce genre de braquage ne sont pas seulement signalés en commune Mususa. La semaine dernière, des bandits armés ont dévalisé un cash-point près de l’Eglise catholique de Kitatumba en commune de Vulamba.

Kakule Kilumbiro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.