Goma : inhumation de 35 victimes des bombardements du M23 au mémorial de Kibati

Les 35 victimes des bombardements du camp de déplacés de Mugunga à Goma, par les rebelles du M23, ont été inhumés au mémorial de Kibati en territoire de Nyiragongo, ce mercredi 15 mai 2024. À l’esplanade du Stade de l’unité, choisi comme lieu de l’exposition, plusieurs autorités nationales, provinciales et coutumières ont rendu hommage aux victimes aux côtés de quelques habitants de Goma.

Le renforcement de la sécurité avec des éléments de la Police nationale congolaise (PNC) était au rendez-vous, pour accueillir les différents corps des victimes. Certains membres des familles des victimes présents à ces funérailles appellent le gouvernement à restaurer la paix dans leurs milieux afin qu’ils retournent chez eux. Selon eux, ils sont exposés même dans leurs camps de refuge.

« (I) Nous sommes des victimes de la guerre. Nous appelons au gouvernement la restauration de la paix. S’il est incapable de rétablir la paix, qu’il laisse la mission à ceux qui les peuvent. Tout ce qu’on vient de faire pour nous, ce n’est rien. Ce que nous avions avant, valait plus que ceci. Nous avons perdu un frère qui vient de laisser 3 orphelins », a indiqué l’une des victimes.

De leur côté, certains activistes des droits humains réunis au sein de différents mouvements citoyens et groupes de pression appellent la Communauté internationale à agir face à l’agression rwandaise et au président de la RDC de réaliser sa promesse, « celle de restaurer la paix dans l’Est de la RDC ».

« On continue de dénoncer, de dire que c’est assez, ça doit cesser. Nous sommes là pour honorer d’abord nos compatriotes, mais aussi pour dire à la Communauté internationale de ne pas garder silence, parce que se taire devant le mal, c’est être complice », a déclaré l’un d’eux.

Les corps des victimes ont été acheminés au mémorial de Kibati en territoire de Nyiragongo pour inhumation. Il sied de rappeler que le 3 mai dernier, 5 bombes sont tombées à Goma et ont fait 35 morts et 37 blessés dans le camp de déplacés de la 8ᵉ CEPAC/Lushagala aux quartiers Mugunga et Lac vert, selon les chiffres présentés par le gouvernement de la RDC.

Aline Kataliko

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.