Butembo-Attaque à la résidence du maire adjoint : la société civile fustige le meurtre du garde

La coordination des forces vives ville de Butembo condamne  le meurtre du policier qui était commis à la garde du maire adjoint. C’est au lendemain d’une attaque qui a vécu à la résidence de Kambale TSIKO Patrick la nuit du jeudi 13 février. Les forces vives conseillent le renforcement des effectifs des unités de forces de l’ordre.

D’emblée, la société civile se désole qu’un atelier d’échange organisé par  la coordination des forces vives ville de Butembo sur l’état sécuritaire  actuel a bâclé ce vendredi. En fait, Cet atelier connaitrait les interventions des autorités politiques et policières de la place.

Vue cette situation,   professeur Malonga pense que le renforcement des effectifs des unités de forces de l’ordre peut résoudre le problème d’insécurité généralisée dans la région.

« Ça fait un élément de moins qui pouvait veiller à notre sécurité dans cette ville où nous décrions généralement l’insuffisance des effectifs au niveau de la police. En perdre encore  un, ça ne fait que diminuer le nombre de gens insuffisants. C’est vraiment inquiétant que même les autorités qui sont sensés nous sécuriser ne soient pas finalement en sécurité. Nous constatons que c’est vraiment la fragilité au niveau sécuritaire quand même les autorités suprêmes au niveau de la ville peuvent être aussi facilement atteintes », s’est désolé le professeur Malonga.

Une urgence d’identifier les déplacés accueillis à Butembo

L’identification des  déplacés venus  de Beni reste une urgence au stade actuel, a ajouté le  président de cette structure citoyenne. Professeur Malonga Télésphore craint  que parmi ces civils déplacés se retrouvent des ennemis de l’ordre.

« On ne peut pas secourir les gens sans connaitre leur nombre et leurs besoins. Si on ne fait pas d’identification, parmi toutes ces personnes qui viennent de ces coins, on peut aussi avoir même les égorgeurs qui s’infiltrent parmi la population sans qu’on le sache », a-t-il lancé.

C’est à ce sens qu’il invite chacun à la vigilance et surtout à faire enregistrer les venus.

Pour rappel, la résidence du maire adjoint de Butembo située en cellule Lusando du quartier Vutetse en commune Kimemi a été la cible des bandits armés la nuit de jeudi 13 à vendredi 14 février 2020.  Le maire titulaire de Butembo a dressé un bilan d’un élément de l’ordre tué. Le policier victime était à la garde du maire adjoint de Butembo. « C’est le maire adjoint Tsiko Patrick qui aurait été visé. Mais il a échappé de justesse puisqu’il était encore en assistance sociale dans une famille en deuil, explique Sylvain MBUSA KANYAMANDA, maire de titulaire de Butembo.

 

Be the first to comment on "Butembo-Attaque à la résidence du maire adjoint : la société civile fustige le meurtre du garde"

Votre commentaire

Votre mail ne sera pas publié.


*