RDC : les mouvements citoyens de Butembo dénoncent la recrudescence de l’insécurité à l’Est et la caporalisation de la justice

La synergie des mouvements citoyens de Butembo dénonce la recrudescence de l’insécurité dans le territoire de Beni et la caporalisation de la justice congolaise. Dénonciation faite ce mardi 30 juin 2020, au cours d’une conférence de presse animée dans les enceintes de l’UOR au site de Laconcorde. Ces activités ont été axées sur deux secteurs, à savoir la situation sécuritaire et sociopolitique.

Sur le plan sécuritaire, la synergie des mouvements citoyens de Butembo condamne l’insécurité permanente dans la région de Beni caractérisée par le génocide de civiles, l’occupation illégale des terres par des peuples inconnus.

Selon la synergie, il s’agit d’une complicité voilée de certains militaires mal intentionnés qui collaboreraient avec les ennemis. Elle soupçonne également l’infiltration de l’armée loyaliste par des militaires issus de NDP, M23 et RCD.

Dans le domaine sociopolitique, la synergie des mouvements citoyens s’insurge contre les lois Minaku et Sakata. Ces lois constituent l’expression d’une intention délibérée de créer une crise institutionnelle afin de faciliter le retour de certains politiciens du pouvoir sortant, désapprouve la synergie.

Au sujet de la problématique du choix du membre de la CENI, la synergie pense que la désignation des animateurs doit être basée sur un processus consensuel, transparent reflétant le poids sociologique des confessions impliquées. Enfin, elle propose à l’Etat congolais de mettre en place une commission spéciale composée de notables de Beni, la société civile, membres du gouvernement et de la communauté internationale afin de diligenter des enquêtes sur ces massacres.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *