Beni/Mangina : les langues se délient après la déclaration du conseil de la jeunesse contre la construction des maisons aux déplacés

L’autorité de Mangina et le comité des déplacés de la commune de Mangina ont réagi à la déclaration du président du conseil de la jeunesse au sujet d’un projet de l’ONG AIDS visant la construction des maisons aux déplacés dans leurs familles d’accueil. De même que le bourgmestre assistant de Mangina, le comité des déplacés s’est exprimé ce jeudi 15 octobre 2020.

En fait, ce le conseil de la jeunesse s’oppose à la réalisation d’un projet de l’ONG AIDS visant la construction des maisons aux déplacés. Ce jeudi, le bourgmestre assistant de Mangina a, au cours d’un échange avec Radio Moto Butembo-Beni, précisé que l’aide humanitaire n’est pas obligatoire. Freddy Mbayahi ajoute qu’elle ne concerne que les personnes qui en ont besoin.

« Ce n’est pas à dire qu’on va exiger à chacun. Non. Si vous vous sentez dans un besoin, qu’on construise pour vous. Il n’y a pas de déplacés qui seront intronisés par force dans votre parcelle. Si le partenaire ne trouve pas de ménage en besoin, il ne pourra pas forcer ce projet dans la communauté », mentionne-t-il.

Pour sa part, le président du comité local des déplacés de Mangina s’inscrit en faux contre les propos du président du conseil de la jeunesse de Mangina. Pasteur Kikwaya Kinyata les qualifie de mensongers.

« Dire que les partenaires vont prendre les documents parcellaires, c’est du mensonge. Si vous trouvez que vous vous trouvez dans vos maisons avec des personnes en difficulté, à quoi bon vous venir en aide ? La population doit rester vigilante pour ne pas être trompée par qui que ce soit », lance-t-il.

Mardi 13 octobre, le conseil de la jeunesse de Mangina avait jugé le projet de l’ONG AIDS d’inopportun pour la communauté de Mangina. Il avait promis de mobiliser toute la population pour barrer toute initiative faisant la construction  des maisons des déplacés dans les familles d’accueil. Pour cette structure juvénile, la population du territoire de Beni a seulement besoin de la Paix. Le projet qui est au centre de cette controverse vise la construction des maisons aux déplacés vivant dans les familles d’accueil à Mangina.

Jonas Aristote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *