Butembo : « Il est possible de traiter le bégaiement » (Psychologue Rémacle Kamavu)

Le père assomptionniste Rémacle Kambale Kamavu rassure qu’il est possible de traiter le bégaiement. Il est notamment psychologue clinicien chercheur à l’Université de l’assomption au Congo (UAC). Il l’a dit dans une interview accordée à RADIOMOTO.NET, à l’occasion de la journée mondiale du bégaiement, célébrée chaque 22 octobre de l’année.

A l’entame, le père Remacle souligne que le bégaiement n’est pas une maladie. C’est plutôt un trouble langagier, une perturbation dans le rythme de parler.

Ce psychologue rassure que le traitement du bégaiement est une réalité et bon nombre de gens arrivent à parler correctement après traitement d’une semaine.

« Le bégaiement se traite, et il y a maintenant des cas résolus. J’aide les gens à modifier leur rythme de parler, afin qu’ils se sentent à l’aise dans la société tout au long de leur vie », a-t-il fait savoir.

Il poursuit que les gens doivent éviter de se moquer de personnes qui bégayent dans la communauté. Ils doivent plutôt les orienter dans des lieux où le traitement peut être effectué pour pallier la perturbation de la parole.

« A la population de ne pas se moquer de bégaies. Ils ne cherchent pas à le devenir. Ça vient de soi. Que la population soit tolérante », a-t-il conscientisé.

Le père Remacle conseille les personnes qui bégayent à ne pas se stigmatiser dans la communauté, mais d’aller s’inscrire à la nouvelle formation des bègues qui débutera en début des vacances de Noël à Kitatumba.

La journée mondiale du bégaiement est l’occasion d’une prise de conscience par les non bégayants, des difficultés relationnelles qu’entraine cette infirmité.

Rosette Kamukehere

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.