Beni : ultimatum du maire boudé, les effigies des candidats députés toujours visibles sur la voie publique

Plus de trois jours après l’expiration de l’ultimatum du maire de Beni aux candidats députés pour qu’ils retirent leurs effigies sur la voie publique, plusieurs affiches sont encore visibles.  Certains candidats ont boycotté la décision de l’autorité et estiment que leurs affiches ne violent pas la loi électorale et ne constituent aucune menace à l’ordre public dans la région. 

Malgré l’expiration de l’ultimatum de l’autorité urbaine donné depuis le 23 octobre dernier, certaines affiches des candidats sont encore placées dans des lieux publics.

C’est comme au rond-point du 30 juin, aux maisons de commerce à Matonge, devant Kanzuli, à plusieurs entrées du grand marché Kilokwa et ailleurs.

Le candidat député national Clovis Mutsuva qui fait partie de ceux qui ont boycotté la décision du maire, montre que ses affiches ne portent pas de messages de campagne et ne présentent aucune menace contre la ville.

« Je me suis posé mille et une question. A quoi est-ce que mes affiches personnelles présentent une menace à la ville de Beni ? A quoi est-ce que les affiches sont un danger pour la ville de Beni ? Aucune menace, aucun danger ! », s’est-il exclamé.

Certains candidats ont, cependant, obéi à la décision de l’autorité urbaine. Il s’agit par exemple d’un candidat du RCD/KML dont les affiches ne sont plus visibles au rond-point du 30 juin après la décision du maire Nyofondo Te Kodale Jacob.

Contacté, un membre de la cellulede communication du maire a indiqué que la décision de l’autorité urbaine ne pourra souffrir d’aucune faille.

Pour rappel, le maire a justifié sa décision par son intention de faire respecter la loi à l’encontre des candidats qui se sont plongés précocement dans la campagne électorale.

Milan Kayenga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.