Butembo : un appel à s’approprier le transport avec ‘‘triporteur’’

Le service de transport, spécifiquement du triporteur, ne régénère plus de revenus aux conducteurs en ville de Butembo (Nord-Kivu). RADIOMOTO.NET a fait ce constat, le mercredi 22 novembre 2023, auprès de ces transporteurs. Pour-eux, la population bubolaise devrait s’approprier cet engin de transport pour le déplacement de leurs biens au centre-ville.

Récit

Dans ce parking, situé sur la rue Kinshasa non loin du rond-point Bayoli, les conducteurs des triporteurs sont assis en débattant sur les faits d’actualité. Ces taximen indiquent qu’ils passent, ces derniers temps, des journées sans travailler suite à l’absence de la clientèle.

Mumbere Justin, avec une expérience d’un an, note que les habitants ont toujours du mal à comprendre le prix de la course du triporteur.

« Nous sommes là depuis le matin, mais nous n’avons pas eu de clients. Quand le client nous arrive, nous lui proposons un prix qui semble abordable, mais il veut que l’on fixe le prix comparable à celui des trottinettes. Fixer un prix de cinq dollars pour une course, c’est comme si vous avez fixé beaucoup d’argent. Ils sont habitués au prix de cinq milles fixé par les responsables des trottinettes », a-t-il fait savoir.

Shukuru Marora, cet autre conducteur pense que l’insécurité dans la zone serait l’une de causes de cette situation. Il justifie sa position par la fermeture des agences de voyage qui étaient leurs partenaires, suite à l’insécurité sur divers axes routiers et la hausse du prix du litre de carburant.

« Nous avons un sérieux problème dans le métier de triporteur à cause de l’insécurité, parce que les routes sont déjà fermées, d’où venaient les clients qui venaient se procurer les biens que nous transportions jusqu’aux agences de voyage. D’autres agences aussi ont déjà fermé. Voilà le problème dans notre travail. Ce qui a perturbé le prix sur le marché est la hausse du prix de carburant. Mais avant ils acceptaient facilement le prix quand il était en baisse. Actuellement c’est compliqué de faire comprendre aux clients le prix », pense-t-il.

Au même moment, le président honoraire du parking du centre-ville de Butembo pense que les habitants de Butembo devraient considérer le triporteur comme tout autre moyen de transport. Ce qui implique, selon Kambale Lukando Faustin, une adaptation au prix normal pour le déplacement de leurs biens.

« Les gens comprennent progressivement. Quand ils viennent à la recherche de triporteur qu’ils comprennent que c’est un moyen de transport urbain comme les autres du centre-ville. Le coût du triporteur est normalement comme celui de Ben. Nous fixons le prix à dix, cinq dollars pour les courses de ville. Nous sommes membres de l’association ATAMOVE. Nous étions taximen de moto à deux pneus nous avons migré vers trois », conscientise-t-il.

Au centre-ville de Butembo, plusieurs habitants recourent aux trottinettes pour le déplacement de leurs marchandises au détriment du triporteur. Le triporteur est un engin roulant en trois pneus.

Glodi Mirembe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.