Beni : La MONUSCO forme plus de 500 policiers sur la sécurisation des élections

 

Environ 506 policiers de la ville de Beni (Nord-Kivu), ont été formés sur la sécurisation des élections, le maintien et rétablissement de l’ordre public. La formation qui a duré trois mois a été clôturée ce vendredi 1er Décembre. 

La section de la police de la MONUSCO qui a appuyé cette formation, rassure que ces troupes sont maintenant capables de maintenir l’ordre public dans les centres de vote lors des prochaines élections. La clôture officielle de cette formation a eu lieu dans l’ancien aérodrome de l’ENRA sous la présidence de l’autorité urbaine, en présence de quelques officiels de la MONUSCO.

Au delà de la sécurisation du processus électoral, les policiers issus ont appris également des gestes et techniques professionnelles d’intervention (GTPI), pouvant leur permettre de rester professionnels pendant les manifestations.

« Tout ce qu’on nous a montrés ici c’est à mettre en pratique pendant l’exercice de leur faction. On a formé environ 506 policiers, ici dans la ville de Beni. Avant ça, ils ont appris le règlement et la discipline. Tout ce que nous avons mis en place est de les rappeler la discipline, et après les techniques parce qu’un policier déborde lorsqu’il ne connait pas la technique à appliquer », témoigne le commissaire supérieur adjoint Kakuji Ngoy Albert, chef S3 des opérations 2e contingent de la Leni à Beni.

Pour Abdoulrahamane Ghanda, chef de Bureau adjoint de la MONUSCO au grand-Nord, cette formation est un élément de plus pour le transfert des compétences à la PNC afin d’assurer la révèle après la sortie de la MONUSCO.

« Cela nous rassure que le déroulement des élections sera fait de bonne main. Ce qui vient de se terminer est un élément de plus. Et surtout que ce sont des thèmes d’actualité, la sécurisation des élections dans 20 jours. Les élections auront lieu. Aussi dans le cadre de la sortie de la MONUSCO, le transfert de la compétence. Tels que nous avons vu les apprenants maîtriser les modules, nous sommes convaincus que la MONUSCO peut partir tranquille, la relève est assurée », se réjouit Abdoulrahamane Ghanda, chef de Bureau adjoint de la MONUSCO au grand-Nord.

Cette formation a été clôturée par un exercice d’assimilation effectué en présence des officiels.

Milan Kayenga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.