Beni : regain de l’insécurité à Baswagha-Madiwe

La semaine qui s’achève s’est caractérisée par des meurtres et d’autres formes d’insécurité en groupement Baswagha-Madiwe, dans le territoire de Beni. C’est ce qu’affirme la société civile locale qui dit qu’en une semaine, ce groupement a perdu deux personnes et dénombré plusieurs dégâts matériels.

Selon Justin Paluku Kavalami, président de la société civile du groupement Baswagha-Madiwe, la nuit de jeudi au vendredi 08 décembre 2023, des hommes porteurs d’armes blanches ont tué Katungu Julienne, une femme de 70 ans, à Mabikunga, village de la localité d’Irango. Ses bourreaux l’ont décapitée avant qu’ils ne fuient dans la nature.

Le corps de la victime a été débarrassé du lieu de drame, le matin de vendredi avant son enterrement ce samedi 09 décembre 2023. Avant ce cas, d’autres semeurs de trouble ont, par égorgement, achevé Kambale Malengera, 62 ans, à 20 heures de jeudi 7 décembre 2023. C’était au village Mambombo en localité de Mashua, toujours dans le Baswagha-Madiwe.

Le président de la société civile de Baswagha-Madiwe indique que les services compétents ont assuré que les enquêtes pour les deux meurtres sont en cours pour dénicher les auteurs et les soumettre à la Justice.

Justin Paluku Kavalami rappelle, au même moment, que la vie humaine est sacrée et qu’elle doit être respectée par chacun. Il voudrait qu’à l’aboutissement des enquêtes, les victimes recouvrent leurs droits, selon la loi congolaise, parce que, selon lui, outre les meurtres, les bourreaux ont également volé et détruit les biens de leurs cibles.

Le groupement Baswagha-Madiwe est actuellement sous le joug des hommes armés de l’Union des patriotes pour la libération du Congo (UPLC). Ceux-ci ont plusieurs fois été accusés dans les violations des droits de l’homme. D’autres violations sont commis par des jeunes indisciplinés, dénonce la société civile locale.

Patrick Kalungwana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.