Butembo : la société civile de Bulengera au chevet des prisonniers à Kakwangura

Les jeunes de la commune Bulengera conduits par le cadre de la société civile de cette partie de la ville de Butembo, ont payé une visite aux détenus de la prison urbaine de Kakwangura, le dimanche 28 janvier 2024.

L’objectif de cette visite était de faire voire aux jeunes la souffrance qu’endurent les locataires de cette maison carcérale afin qu’il leur serve de leçon et ainsi impacter positivement sur leur comportement.

Aussi, la délégation portait une assistance composée des vivres et non vivres notamment des cossettes de manioc, des gros michelets, choux, des bois de chauffage et autres.

John Paluku Kameta, président de la société civile de Bulengera, qui déplore les conditions de vie difficiles dans lesquelles vivent les prisonniers, appelle la communauté à avoir un œil regardant sur cette maison de correction. Il appelle tout de même au désengorgement de cette prison.

« Je crois que les jeunes avec qui, nous avons été dans ce lieu pénitentiaire viennent de voir la situation. En retournant à la maison, ils vont être des messagers pour ne pas violer la loi. Nous savons que parmi les prisonniers, il y a des innocents et ceux-là qui ont commis des faits bénins. Notre message aux autorités judiciaires de la ville de Butembo c’est de voir comment désengorger la prison centrale. Un autre message aux organisations (églises, associations de personnes de bonne volonté…) c’est de se mobiliser pour ceux qui sont dans la prison », a-t-il plaidé.

Apres une visite guidée dans de cellules de la prison, ces jeunes témoignent d’un constat amer sur des conditions de vie difficiles au sein de la prison de Kakwangura. Ils sensibilisent la jeunesse pour un comportement responsable.

« (I) Je constate qu’il y a nombreux garçons, des papas et des vieux. A la communauté d’être responsable, de respecter la loi parce qu’à cause d’une petite faute, vous pouvez être retenu en prison. (II) J’appelle d’autres associations à venir apporter de l’aide à ces prisonniers. Ils ont beaucoup de besoins. (III) Ils sont nombreux les détenus. Les conditions dans lesquelles ils vivent sont incertaines. Surtout nous les jeunes, nous devons bien nous comporter », ont-ils conscientisé.

Construit avec une capacité d’accueil de 250 détenus, la prison urbaine de Butembo-Kakawangura compte ce jour 1.021 prisonniers parmi lesquels 25 femmes qui ont 4 enfants. 24 de ces détenus sont gravement malades, indiquent les sources proches de la direction de la prison.

Depuis le début de cette année, une dizaine de cas de décès ont été documentés dans le rang de ces détenus. Le manque de nourriture, des médicaments et autres biens de première nécessité sont autant des facteurs à la base de cette situation.

Mwenge Joëlle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.