Grand Nord-Kivu : à Butembo, des tradipraticiens s’engagent à remettre de l’ordre dans la médecine traditionnelle

L’Assemblée générale des tradipraticiens du Grand Nord-Kivu s’est clôturée en ville commerciale de Butembo (Nord-Kivu), ce samedi 3 février 2024. Ces assises qui ont duré 3 jours, ont été sanctionnées par un Règlement d’ordre intérieur (ROI) qu’ils devront désormais suivre. L’objectif est d’asseoir de l’ordre dans le secteur de la médecine traditionnelle en province du Nord-Kivu.

Les activités relatives à cette assemblée se sont déroulées dans la salle de réunion du centre hospitalier Maman Musayi sis au quartier Kambali.

Kambale Mbugheki Alain, président du Comité provincial du Conseil national des tradipraticiens au Nord-Kivu, a précisé que des inspecteurs seront mandatés pour faire respecter le règlement d’ordre dans différentes zones de santé.

« Il y a beaucoup d’associations qui dérangeaient en disant que c’est eux qui sont responsables des tradipraticiens en province. Auparavant, il n’y avait pas vraiment un règlement. Mais aujourd’hui, nous l’avons. Nous allons le suivre et le respecter. Espérons qu’avec ce règlement, ça va aller », a-t-il confié.

Il met en garde quiconque tentera de semer encore une confusion dans le chef des tradipraticiens en se faisant passer pour contrôleur de ce secteur. Mbugheki Alain appelle les tradipraticiens à travailler en collaboration avec leurs représentants zonaux.

A l’issue de la rencontre, les participants ont exprimé leur satisfaction. L’une d’entre eux sensibilise ses collègues à s’informer sur ce règlement. Ce, pour éviter d’aller à l’encontre des normes de la médecine traditionnelle déjà requises.

« La réunion nous a encore mis à jour et nous interpelle à être toujours en ordre, car nous berçons la santé de tout le monde », a-t-elle fait savoir.

L’autorité urbaine a été représentée à ces assises par Paluku Lukulya Josué, vérificateur au service d’ordonnancement à la mairie. Dans son mot, il a appelé les tradipraticiens à se rappeler toujours qu’ils ont une tâche noble, celle de sauver les vies. De cela, ils doivent bien œuvrer pour valoriser leur travail au sein de la communauté.

Joëlle Mwenge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.