Beni : des élèves plaident pour leur sécurité et celle de sources de revenus de leurs parents

Les élèves de la ville de Beni plaident pour leur sécurité et celle des ressources des revenus de leurs parents, dont des champs sous menace des rebelles de l’Allied democratic forces (ADF). Ce plaidoyer est contenu dans une lettre adressée, le jeudi 18 avril 2024, aux autorités sécuritaires, par la Coordination des comités d’élèves de la ville de Beni (COCEB).

Dans cette lettre, Faraja Katho qui en est le coordonnateur, rapporte que les élèves fustigent la paralysie des activités socio-scolaires en ville de Beni par certains groupes d’individus. Une situation qui impacte négativement, et sur leur éducation, et sur les revenus de leurs parents.

Pas loin de Beni ville, en territoire de Beni, la COCEB regrette la mort des élèves dans les tueries des rebelles des Forces démocratiques allies (ADF). Une situation à la base de la non-fréquentation des champs par les parents, pourtant selon ces élèves, une autre source des revenus de leurs responsables.

La Coordination des comités d’élèves de la ville de Beni invite, ainsi, les autorités sécuritaires de Beni-ville et territoire à la responsabilité dans l’exercice de leur mission, celle de sécuriser les habitants et leurs biens.

« Nous sommes touchés par la situation macabre qui est en train de toucher les sources de revenus de nos parents. Nos élèves sont tués. Nos conditions d’acquisition de connaissances à l’école sont devenues de plus en plus anormales. Il y a aussi certains groupes de jeunes non identifiés qui troublent l’ordre public, en paralysant les activités dans des écoles. Quand on veut détruire un pays, on commence par son éducation. Nous demandons les autorités de sécuriser les sources de revenus de nos parents, parce que nous vivons à partir des activités champêtres de nos parents », a-t-il plaidé.

La Coordination des comités d’élèves de la ville de Beni (COCEB), menace de mener des actions de protestation contre cette situation, si rien n’est fait le plus vite possible par les autorités de la ville de Beni.

Glodi Mirembe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.