Insécurité à Beni : le Centre de Santé de NGOYO au sud-ouest de Mangina ferme ses portes

Le Centre de Santé de NGOYO situé à plus ou moins 12 kilomètres au sud-ouest de la commune rurale de Mangina a déjà fermé ses portes. A la base, les menaces de mort proférées à Monsieur MUSUBAO Crispin, infirmier titulaire de cette structure sanitaire, par des personnes présumées miliciens.

 Les auteurs de ces menaces exigent à cet Infirmier Titulaire une somme de 150 dollars américains afin qu’ils ne lui ôtent la vie. Conséquence, les malades de ce coin sont contraints de parcourir plus de 10 kilomètres pour se faire soigner dans d’autres formations sanitaires.

SHEHE RAMAZANI, président de la société civile en groupement BASWAGHA-MADIWE, regrette que les miliciens aient élu domicile dans le village de NGOYO où ils continuent de circuler en électron libre depuis la semaine dernière et menacer de mort certains leaders communautaires. Ça  crée une psychose totale au sein de la population, alerte cet animateur de la société civile en déplorant l’absence de la police à NGOYO.

En fait, tous les éléments de la police qui étaient déployés dans cette entité ont déjà abandonné leur poste, y compris leur commandant craignant ainsi de graves menaces sécuritaires dont ils sont aussi victimes, prévient notre source. C’est pourquoi la société civile plaide pour la réinstallation d’une position de la police pour sécuriser la population et ses biens.

Par ailleurs, les forces vives du Groupement BASWAGHA MADIWE en territoire de Beni dénoncent des tracasseries et menaces militaires chez elles. Les acteurs de la société civile et les défenseurs des droits de l’homme du groupement Baswagha Madiwe sont victimes des menaces de mort, intimidation, tortures et traitement inhumain de la part des éléments des FRADC, basés dans la zone pour motifs : dénonciation régulière des cas de tracasseries commis par ces éléments, affichage d’une opposition farouche face aux tracasseries militaires. Contacté à ce sujet, le capitaine des FARDC basé à Cantine s’est refusé de tout commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *