Nord-Kivu : Après 10 jours sans activités, les Associations de Butembo, Beni et Lubero formulent des recommandations pour le retour de la paix

Toutes les activités socio-économiques reprennent dès ce vendredi 16 avril 2021. La décision de la Synergie des associations de Beni, Butembo et Lubero est contenue dans un communiqué de presse dont copie est parvenue, jeudi à RADIOMOTO.NET. Au terme de l’échéance convenue de 10 jours, la Synergie des associations formule plusieurs recommandations pouvant contribuer au retour de la Paix dans l’Est de la RDC.

Les associations indiquent qu’au terme de de 10 jours, la Synergie déclare la levée de la mesure de cessation de toutes les activités en villes et territoires de Beni, Butembo et Lubero. En outre, la Synergie informe le public qu’à dater de ce jour, les actions de pression pour le départ effectif de la MONUSCO pour son inaction avérée et la complicité de certains de ses agents et militaires avec l’ennemi qui ensanglante la zone de Beni vont se poursuivre. Ces actions seront accomplies du 16 au 26 avril 2021.

Cette synergie demande à la  MONUSCO et aux humanitaires le départ effectif de l’Est de la RDC. Elle décrète l’interdiction formelle de la circulation routinière des engins de la MONUSCO et des humanitaires dans les territoires en hostilités à l’Est de la RDC excepté le CICR et les Médecins sans Frontières.

La même synergie des associations appelle  à la relève pour la mutation vers d’autres provinces, de tous les agents de l’ANR, tous les militaires, surtout ceux ayant jadis émergé dans les groupes armés.

Elle décide du moratoire de paiement de toute taxe jusqu’au retour effectif de la paix à Béni, et cela sans pénalité aucune et la libération immédiate et sans conditions de tous les manifestants arrêtées à Kasindi, à Beni et à Oicha.

Ces associations invitent l’Assemblée Nationale à interpeler le Directeur Général de la RTNC pour sa non diffusion des informations sur les massacres récurrents de Beni.

Enfin, elles invitent la population à placer des banderoles blanches sur les engins roulants et les maisons, comme signe d’exigence de la paix à Beni.

Autre invitation à la population, c’est de faire une alerte à chaque 12 h 00² et 19 h 00² par tapage des casseroles, par le sifflement, par les klaxons, les mégaphones et effectuer des sit-in hebdomadaires et non violents, avec des banderoles blanches.

Le Porte-parole de cette synergie déplore l’usage disproportionnel de la force par les policiers et les militaires contre les manifestants pacifiques, dont les tirs des balles réelles ayant occasionné des morts et des blessés. Maître Joseph T’HATA demande que les enquêtes soient diligentées et que justice soit faite.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *