Insécurité au Nord-Kivu : Difficile pour les agences de transport de quitter Butembo pour l’Ituri

(Illustration). Des véhicules dans le Parc National de Virunga. © Eduardo Soteras / AFP

Les activités peinent à reprendre au sein des agences de transport dans la ville de Butembo au Nord-Kivu. Cette situation fait suite à la persistance de l’insécurité à Beni (Nord-Kivu) et Ituri. Les chauffeurs contactés par RADIOMOTO.NET ce lundi 19 avril 2021 se désolent et continuent de blâmer l’attitude de la MONUSCO qui ne veut pas quitter la région.

Après un tour effectué dans les entreprises de transport ce lundi, le reporter de RADIOMOTO.NET a fait un constat amer de la situation des chauffeurs inquiets de la suspension des activités. Pour Kakule Tardif, agent à l’agence « Uhuru Safari », ce sont des usagers des routes qui sont victimes de l’insécurité. « Ils sont soit tués, soit leurs véhicules sont incendiés », lance-t-il.

Kakule Tadrif déplore cette insécurité devenue une seconde caractéristique de la route Butembo-Bunia (En passant par Beni, Ndlr). Tout en condamnant l’embuscade de dimanche 18 avril 2021 sur cette route, notre interlocuteur se désole que la MONUSCO soit toujours là en observant la peine des habitants.

« Nous avons compris que nous conducteurs nous sommes ciblés, surtout dans les massacres et autre chose. Normalement après ou pendant la grève, il fallait que la MONUSCO parte, mais jusque-là ils sont là. Ca nous écœure parce que ce sont nos véhicules qui sont toujours incendiés », se désole-t-il.

Les habitants envahis par la peur

Au parking la victoire ce lundi, certains conducteurs étaient positionnés à l’attente des passagers pouvant se diriger vers des milieux supposés sécurisés.

« C’est vraiment timide. La situation n’est pas calme comme tel. Surtout à Beni samedi, c’était compliqué… », se rappelle Kakule Arsène, conducteur  du minibus qui attendait des clients.

Bref, l’insécurité a ralenti les activités de transport vers les contrées situées en Ituri.

Mercredi 14 avril dernier, les rebelles présumés de l’ADF ont tendu une embuscade aux usagers de la route Oïcha-Mamove à Malibo dans le territoire de Beni. Au cours de cette nouvelle attaque, trois personnes ont été tuées à côté de deux blessés. Dans le passé, des embuscades du genre venaient de s’accentuer jusqu’à obliger les chauffeurs de suspendre leur circulation dans cette zone de peur d’être tués par les rebelles qui opèrent sans souci dans les zones rapprochées des camps militaires ou des bases de la MONUSCO.

Ghislain Kighombwe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *