Butembo : La marche de la LUCHA et le passage de la MONUSCO au centre-ville perturbent de nouveau les activités

(Illustration). Des militants de la LUCHA à la base de la MONUSCO à Butembo pour exiger le retour de la paix. Photo RMBB du 17 décembre 2020

Des activités commerciales qui venaient à peine de débuter partiellement au Centre-ville de Butembo du moins pour les petits commerçants, ont été encore une fois perturbées ce mercredi 21 avril 2021. Pour cause, la présence des services de sécurité de Butembo en appui aux agents de la MONUSCO et la manifestation de la  LUCHA. Des militants du mouvement citoyen ont encore une fois été interpelés par les services de l’ordre ce mercredi. 

A la base de la suspension des activités, c’est c’abord la présence des services de sécurité de Butembo en appui sécuritaire aux agents de la MONUSCO qui se déplaçaient du Camp militaire de Rughenda jusqu’au Quartier Général habituel de la mission Onusienne en commune Vulamba. Ensuite, la marche dite de pacifique du mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA) depuis le Croisement du Rond-point SONAS et avenue père Masumbuko vers la Mairie de Butembo.

Les militants de la LUCHA disaient manifester pour exiger la libération de Eliséé Lwatumba et Eric Sankara. Ces deux membres de la LUCHA ont été arrêtés lundi dernier au centre-ville pendant qu’ils sensibilisaient les habitants à ne pas rouvrir les portes de leurs boutiques. Conduits au cachot de l’ANR, ceux-ci sont déjà transférés au parquet. 

Un “chien et chat” sans pareil

Les manifestants et les casques bleus se sont retrouvés au Rond-point SONAS au même moment l’après-midi de ce mercredi 21 avril. Très vite, la police appuyée par les FARDC qui, toutes  encadraient la MONUSCO, ont ouvert le couloir pour laisser, pendant quelques minutes les 19 manifestants se diriger vers la Mairie. Ces manifestants ne jurent que pour le départ immédiat de la MONUSCO et que cessent les massacres dans la région de Beni et Ituri.

Ces agents de l’ordre ont par la suite arrêté les manifestants sur leur route de parcours avant de les conduire au cachot de l’Agence Nationale de Renseignement pour instruction de leur dossier. L’ANR a rassuré que le Commandant de la PNC/Butembo pourra informer ultérieurement du sort de ces manifestants qui veulent fouler au pied la mesure du Gouverneur ayant interdit dernièrement toute manifestation publique au Nord-Kivu.

Jusque tard le soir de ce mercredi, Radio Moto Butembo-Beni a tenté de rencontrer le colonel Polongoma Dintoto Jean-Paul, Responsable de la PNC en son office de travail. Mais, il était encore sur le lieu d’instruction du dossier de ces 19 manifestants de la LUCHA.

Par ailleurs, des galléries et autres grandes boutiques de Butembo n’ont pas ouvert leurs portes pour une nouvelle fois ce mercredi. Quelques écoles primaires et secondaires ont aussi reçu un nombre insignifiant d’apprenants.

Ces manifestations contre les massacres de Beni ont commencé dans la région le 05 avril dernier pour exiger le départ sans délais de la MONUSCO, accusée d’avoir failli à sa mission de sécuriser les habitants.

Evariste Kasereka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *