Nord-Kivu : Le SYECO déprécie la situation alarmante de l’enseignant de Butembo

La journée nationale de l’enseignant en République Démocratique du Congo se célèbre ce vendredi 30 avril 2021. A Butembo, des activités spéciales n’ont pas été organisées pour honorer l’enseignant. A cette occasion, le secrétaire permanent du Syndicat des Enseignants du Congo (SYECO Butembo) déplore le fait que les problèmes liés à la bancarisation de la paie des enseignants ne permettent pas encore à l’enseignant de Butembo de bien vivre.

« Les Nouvelles Unités sont nombreuses qui tardent à être payés par l’Etat. Et les enseignants immatriculés reçoivent un salaire médiocre qui ne leur permet pas une vie modeste », entame Mutumwa Iréné qui se désole que les enseignants ne sont pas placés dans les bonnes conditions pour bien célébrer la journée nationale de l’enseignant.

Voilà une des conditions de vie de l’enseignant que déplore le secrétaire permanent du Syeco-Butembo, ce 30 avril 2021. Toutefois, Mutumwa Iréné salue la lutte des enseignants qui fait espérer une bonne paie et une reconnaissance par l’Etat, malgré quelques irrégularités.

« Ce sont les enseignants qui ont demandé la bancarisation. C’est une question qui date de 2007. Pour moi c’est une bonne chose, parce que nous sommes payés d’abord en monnaie propre, de deux, il n’y a plus de déperdition, même s’il y a de déperditions à certaines banques telles que la TMB où il y a 52 salaires déjà revirés dans le trésor public parce que les noms contenaient des erreurs… Pour corriger ces noms, ça a fait des mois et finalement, il y a eu des mesures  pour demander à la banque de payer à partir des cartes de service », a-t-il expliqué.

La part de la gratuité de l’éducation de base

La gratuité de l’éducation de base amplifie également la crise financière de l’enseignant de Butembo. « C’est parce que cette gratuité n’est pas bien accompagnée », analyse le secrétaire permanent du Syeco-Butembo qui ajoute qu’il faudrait,  dans la mesure du possible, que l’Etat revienne vers ses partenaires dans l’éducation pour mettre en œuvre des mesures concrètes de satisfaire les enseignants.

« C’est pour qu’à son tour, l’enseignant travaille aussi convenablement », dit le secrétaire permanent du Syeco-Butembo. Mutumwa Iréné rêve principalement un salaire uniforme et non-discriminant pour chaque enseignant de la RDC.

Patrick Kalungwana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *