Nord-Kivu : A Oicha, la DYFEGOU clôture ses séances de restitution de sa mission à Kinshasa

Ce jeudi 10 juin, la Dynamique des Femmes pour la Bonne Gouvernance (DYFEGOU) a organisé la troisième et dernière conférence-débat de restitution de sa mission de Kinshasa pour le retour de la paix. C’est la population de la cité de Oicha et environs qui a participé à ces assises. A la présidence,  Rose Kahambu Tuombeane, Coordonnatrice de la DYFEGOU et cheffe de la délégation qui s’enthousiasme d’avoir rendu compte à la population de ce qu’elle a accompli comme mission.

C’était une bonne occasion pour les participants de poser toutes les questions relatives à la mission de plaidoyer que la délégation de la DYFEGOU a menée auprès des instances de prise des décisions tant nationales qu’internationales, parties prenantes de la solution à la crise sécuritaire de Beni et de l’Ituri. Femmes, hommes, jeunes filles et garçons, étaient de la partie. L’on y a noté une grande participation des veuves et orphelins des massacres ainsi qu’une représentation des pygmées.

Des questions posées ont généralement tourné autour de l’impact des recommandations adressées au Président de la République ainsi qu’aux différents responsables sécuritaires ainsi qu’à la confiance que l’on peut accorder au Président de la République dans ses différentes promesses.

Jusques à quand allons-nous continuer de mourir alors que des mesures sont arrêtées pour mettre fin à cette hémorragie sécuritaire ? Voilà autant d’interrogations auxquelles la conférencière Rose Tuombeane a eu à répondre.  De manière particulière, la conférencière a invité la population à être vigilante et à dénoncer tout cas suspect, en collaborant très étroitement avec les autorités militaires nouvellement nommées dans le cadre de l’Etat de siège.

La conférence a chuté sur fond d’une pluie de recommandations adressées par la population d’Oicha envers le Président de la République, le Gouverneur militaire, les différentes autorités militaires et policières nouvellement nommées dans le cadre de l’Etat de siège. Une recommandation demande aux nouvelles autorités d’aller habiter dans la forêt et suivre de près les opérations de terrain au lieu de rester dans les grandes agglomérations. A la fin de cette conférence, Rose Tuombeane s’enthousiasme d’avoir rendu compte à la population de ce qu’elle a accompli comme mission.

« Ca nous encourage de voir que nous avons le soutien de la population. Nous avons été à Butembo, à Beni, maintenant à Oicha. Le sentiment est le même. Leur présence témoigne de leur encouragement envers la DYFEGOU », a-t-elle lancé.

Masika Lusenzuma, Présidente du centre d’Encadrement des veuves et Orphelins à Oïcha, espère  que la mission des personnes envoyées à Kinshasa a été une réussite.

« Que la DYFEGOU continue sa lutte jusqu’à ce que nous vivions la paix. C’est de cela dont nous avons soif », lance cette femme.

La Dynamique des Femmes pour la Bonne Gouvernance a mené cette mission en concert avec l’Association des Elèves et Etudiants Ressortissants de Oïcha et des rescapés des massacres de Beni.

Avec la CellCom DYFEGOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *