Rebondissement du M23 : Plus de 300 ménages déplacés accueillis dans les locaux de l’E.P. Rugabo

Le retour de déplacés de Jomba se trouvant dans le site de l’Ecole Primaire (E.P.) Rugabo, à Rutshuru-centre dans le Nord-Kivu,  reste peu probable. Plus de 300 ménages déplacés de récents affrontements entre les Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et les combattants du Mouvement du 23 mars (M23) en groupement de Jomba sont accueillis dans les locaux de cette institution.

Ces familles déplacées viennent des groupements des Jomba, Bweza et de Busanza. Elles indiquent que la situation sécuritaire reste incertaine dans leurs villages d’origine en groupement de Jomba, notamment. Et pour cela, ces citoyens préfèrent attendre.

« Nous ne sommes pas encore prêts à rentrer là-bas. Je viens de là à peine. Je trouve que la situation est encore très mauvaise. Au moment où je quittais, il y avait de nouveau des tirs sur la colline de Bugusa. Donc, je ne sais pas quel jour nous allons rentrer. Bref, nous sommes encore ici. Nous avons plus  besoin d’une assistance. Qu’on nous aide vraiment. Nous souffrons beaucoup ici. Nous avons besoin des soins de santé, des vivres et même des abris. Nous passons  nuit dans des mauvaises conditions. Si nous trouvons des bâches et même des nattes, cela peut nous aider »,  affirme Nsengiyunva Habarurema Marcel, un de ces déplacés.

Dans un communiqué rendu public mercredi 30 mars, l’administrateur militaire du territoire de Rutshuru invite les habitants des villages de Tshengerero, Rwanguba, Kabindi et Bunagana à regagner progressivement leurs villages. Selon lui, les FARDC nettoient la zone en sécurisant davantage les villages envahis par les troupes du M23.

Faustin Tawite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.