Nord-Kivu : le M23/RDF accusé de larguer 2 bombes sur la ville de Goma

L’armée congolaise au Nord-Kivu accuse l’armée rwandaise et ses supplétifs du M23 d’avoir largué deux bombes sur Goma. Le fait s’est passé dans la nuit de mardi 06 au mercredi 7 février 2024.

Le communiqué du porte-parole des FARDC précise que ces engins ont été largués respectivement sur Nzulo et le marché Mugunga à Goma. Le lieutenant-colonel Ndjike Kaiko Guillaume se réjouit que ces bombes qui ont ciblé les populations civiles n’aient pas causé de pertes en vies humaines.

Par la même correspondance, le commandant de la 34ème Région Militaire et commandant des Opérations au Nord-Kivu, informait la population que l’armée s’activait à déjouer les attaques simultanées lancées ce même mercredi par les M23 sur les positions des FARDC se trouvant en profondeur de la cité de Sake.

Ainsi, les FARDC appellent la population au calme et rassurent de leur farouche détermination à la défendre et sauvegarder l’intégrité territoriale de la RDC. Pendant ce temps, c’est une panique qui a vécu dans la cité de Sake toute la journée.

Les affrontements autour de cette entité ont poussé plusieurs personnes à déserter leurs maisons pour des endroits jugés plus sécurisés. Des détonations en l’arme lourde et légère ont été attendues s’approchant de la cité.

Des sources indépendantes parlaient de deux bombes tombées aussi dans cette cité et qui auraient causé des dégâts humains. On parle de deux morts et une vingtaine de blessés.

Les mêmes sources rassurent qu’à début de soirée de ce mercredi, les affrontements s’éloignaient de cette entité du territoire de Masisi.

Pour sa part, le M23, dans un communiqué, dit n’avoir aucune intention de prendre Goma. Il indique toutefois que les attaques d’artillerie et aériennes visant ses forces de la part de FARDC et alliés lui obligeront à foncer et aller le faire taire à la source.

Le M23 se dit attaché à une solution pacifique et prêt à se retirer de ses positions avancées si un cessez-le-feu formel est instauré.

Stanley Muhindo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.