Butembo : la LUCHA préoccupée par l’incertitude autour de la gratuité de participation à l’Exetat

L’incertitude autour de la gratuité de participation aux épreuves d’Examen d’Etat 2024 plane toujours. Les militants du mouvement citoyen Lutte pour le changement (LUCHA) déplorent la confirmation précoce des députés à la base de la versatilité autour de la question.

La LUCHA s’est exprimée au cours d’un point de presse au stade de l’Institut technique agricole et vétérinaire (ITAV), ce jeudi 18 avril 2024. Ce mouvement engagé pour le changement et la défense des intérêts de la population ne comprend pas comment, sans aucune confirmation écrite, les députés ont annoncé la gratuité.

Les jeunes de la LUCHA se désolent ainsi que la déclaration de Remy Mukweso et Jeanine Katasohire a créé un désordre dans le milieu éducatif et semé la confusion parmi les élèves et les autorités scolaires.

« Le mouvement citoyen LUCHA déplore cet agissement irresponsable, tendant à installer un régime présocratique dans notre pays. Nous appelons ces députés à agir avec beaucoup plus de discernement, car trop parler est en train de tuer notre pays. Nous demandons ces députés de respecter la population, étant donné qu’ils avaient une bonne initiative mais l’annonce médiatique a été plus populiste. Nous appuyons l’initiative en demandant aux autorités compétentes de prendre en charge ces frais de participation à l’Exetat », plaide Koffi Maliro, qui a lu ce communique de  la LUCHA.

Quelques jours séparent les finalistes des épreuves de l’EXETAT. L’épreuve hors-session ira du lundi 06 mai au samedi 18 mai 2024. L’épreuve de la session ordinaire se déroulera, comme d’habitude, pendant 4 jours et ira du lundi 24 juin au jeudi 27 juin 2024.

Pendant ce temps, la  confusion persiste autour du paiement ou non des frais de participation à ces épreuves. Dans plusieurs écoles de Butembo, par exemple, les parents sont en train de passer régulièrement au bureau pour s’acquitter de ces frais.

A ce niveau, la précision des responsables de l’éducation et celle des députés impliqués se fait toujours attendre pour la prochaine attitude à adopter.

Ngunza Mapasa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.