Maître Kabuyaya Wavomundu sur les tueries dans l’Est : “Les citoyens ont plein droit de remettre en question la version officielle de l’armée”

La population a le plein droit de remettre en question la communication officielle de l’armée sur les massacres perpétrés au Nord-Kivu et en Ituri, au regard du flou qui s’installe de plus en plus. C’est ce qu’a expliqué Maître Kabuyaya Wavomundu, au cours d’une conférence-débat organisée, le lundi 29 avril 2024, à l’université du CEPROMAD UNIC Butembo.

Ce défenseur judiciaire interpelle la conscience de chacun pour évaluer les efforts de l’armée dans l’Est de la République démocratique du Congo. Exposant sur le thème : « Droit de connaitre la vérité et la liberté de dire la vérité sur l’insécurité dans l’Est du pays. Cas de massacres de Beni, Ituri et Mambasa », Maître Kabuyaya Wavomundu s’est désolé que jusque-là, personne ne connait réellement l’identité de celui qui tue.

S’appuyant sur les rapports du Groupe d’Étude sur le Congo (GEC) et des députés de la RDC de 2014, qui parlent des massacres des Beni, l’orateur parle de la complicité des Forces armées de la RDC dans ces massacres.

À lui de poursuivre que certains cas de cette complicité sont documentés dans ces rapports. C’est là que maître Kabuyaya signale que la population a le droit de connaitre la vérité et remettre en question la version officielle sur les massacres puisqu’il n’y pas de changement.

“Les citoyens ont droit de savoir qui tue, les proches des victimes ont droit de savoir qui tue, la communauté toute entière a droit de savoir qui tue. C’est donc un droit inaliénable reconnu aux citoyens. Et donc les citoyens ont droit de revendiquer, et de réclamer. Les citoyens ont également droit de mettre en doute et de mettre en question la version officielle de l’armée sur les massacres et de la soumettre en discussion parce qu’il n’y a pas de changement”,
a-t-il déclaré.

Les participants apprécient la thématique choisie. Bolamu Ilongo Daniel, ressortissant de l’UNIC, souligne qu’avec ce genre de conférence, la population peut être éveillée afin de contribuer au retour de la paix dans l’Est du pays.

“La conférence d’aujourd’hui nous a beaucoup marqué parce que les orateurs nous ont préparés une très bonne matière sur le droit de dire et de connaitre la vérité. Des telles conférences peuvent chaque fois nous aider à éveiller les consciences de tout un chacun pour que chacun, à son niveau, contribue au retour la paix dans l’est de la RDC”, a-t-il estimé.

Il convient de noter que cette conférence a été organisée en marge de la journée mondiale de droit à la vérité, célébré le 24 avril de chaque année.

Rosette Kamukehere

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.