Incidents routiers occasionnés par la PCR : à Butembo, un avocat préconise ‘‘une zone de courtoisie routière’’

Une zone de courtoisie routière serait importante sur différentes artères de la ville de Butembo, pour éviter des incidents routiers liés au recouvrement de certains documents par la Police de la circulation routière (PCR). Cette proposition émane de maître Guy-Guy Kasereka Kisaunga, au cours d’un entretien exclusif accordé à RADIOMOTO.NET, ce lundi 13 mai 2024.

D’après maître Guy-Guy Kasereka Kisunga, la présence de la Police de circulation routière dans plusieurs coins de la ville serait à la base de cas d’accidents et des incidents sur différentes artères de la ville. Ce, au vu du comportement qui les caractérise en voulant forcément vérifier les documents de bord.

Il estime que les roulages font ce recouvrement au détriment de leur mission principale, la réglementation de la circulation routière et l’orientation des passants.

« La PCR a aussi une mission de guider et d’orienter les gens. Ne pas seulement faire payer les taxes et amendes. Mais il faut les guider et/ou les orienter. Dans notre ville de Butembo, parfois, ce sont les agents de la Police routière qui sont à la base des incidents », a-t-il fait savoir.

La même source pense qu’une zone de courtoisie routière sur la voirie de la ville de Butembo est une solution efficace pour limiter les accidents routiers causés par des poursuites des policiers de roulage. Et donc, pour  Maître Guy-Guy Kasereka, la présence de la police dans cette zone de courtoisie routière ne sera pas synonyme de recouvrement des documents de bord, mais plutôt de réglementation de la circulation.

« Pour éviter des tracasseries et de tels évènements, nous sollicitons aux autorités de créer une zone de courtoisie routière en ville de Butembo. Quand je parle d’une zone de courtoisie, c’est ciblé un endroit où la PCR ne peut pas déranger ou tracasser les usagers. On peut voir le rond-point Malumalu, l’hôpital Matanda », a-t-il proposé.  

En ville de Butembo, les éléments de la PCR sont installés sur plusieurs artères, même dans les coins chauds où ils ne manquent pas à arrêter les gens pour leur demander des documents. Ce qui crée souvent des tensions en pleine ville.

Glodi Mirembe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.