Guerre du M23 : le professeur Augustin Muhesi appelle à la prudence face à la trêve imposée par les USA au Nord-Kivu

Les États-Unis d’Amérique (USA) ont imposé une trêve humanitaire aux Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et M23 qui s’affrontent depuis près de trois semaines maintenant au sud du territoire de Lubero. Il s’agit donc d’un cessez-le-feu unilatéral imposé aux deux parties en conflit et à permettre le retour volontaire des personnes déplacées et à fournir au personnel humanitaire un accès sans entrave aux populations vulnérables. La mesure est appréciée positivement, vu sa motivation, mais le professeur Kahindo Muhesi Augustin appelle à la prudence de tous.

Pour cet enseignant de l’Université de Goma qui s’est confié à RADIOMOTO.NET, ce lundi 8 juillet 2024, il est vrai que la trêve profite aux populations désireuses de retourner dans leurs milieux d’origine. Elle profite aussi aux belligérants qui peuvent en profiter pour se réorganiser. Le professeur parle de deux niveaux d’appréciation.

« Oui, parce qu’il y a des civils qui ne sont pas impliqués dans le conflit et qui ont de besoins humanitaires assez important. Mais aussi, il en a qui voudrait bien se déplacer d’une zone à une autre. Pour toutes ces raisons, la crainte aurait sa raison d’être. Non, puisqu’il s’agit d’un moment des grands inconnus. Un moment qui peut être capitalisé par la rébellion pour préparer de grandes offensives », a-t-il analysé.

La même source pense que croire qu’après cette trêve viendra la paix, c’est se tromper. Ce professeur appelle à la prudence de tous pour ne pas être surpris.

« Il faut toujours rester prudent pour réellement vérifier si cette trêve sera effective, et voir qui pourra tirer son épingle de jeu. Donc, il y a des enjeux : ce qu’on peut perdre et gagner dans cette trêve. Ce qu’on perd, ça serait d’y croire mordicus, d’aller dormir et croire qu’après, ça sera la paix. Et donc j’ai comme l’impression que cette trêve peut être comparée au cheval de trois », a-t-il ajouté.

Quant à savoir s’il y aura un dialogue, le politologue s’appuyant sur les déclarations du président angolais qui assure la médiation entre la RDC et le Rwanda, ne rejette pas l’idée.

Il est à rappeler que cette trêve a commencé le vendredi 5 et ira jusqu’au 19 juillet prochain. L’annonce des USA est intervenue, alors que le M23 menace d’atterrir sur Butembo après avoir conquis à moins d’une semaine Kanyabayonga, Kayna et Kirumba, au sud du territoire de Lubero.

Stanley Muhindo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.