Beni : la société civile dénonce un comportement inhumain de certains militaires à Loselose et Lume

Deux militaires des Forces armées de la République démocratique du Congo en fouille après l'attaque des miliciens contre leur position dans l'Est de la République démocratique du Congo, le dimanche 28 août 2022. © Mwanampenzi Manzekele (Moto TV)

La société civile du territoire de Beni (Nord-Kivu) déplore le comportement inhumain de certains militaires des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) basés à Loselose en secteur Ruwenzori et en commune de Lume. Au cours d’un entretien avec la presse, Richard Kirimba, premier vice-président de cette structure citoyenne, parle de cas d’accusation fallacieuse et de destruction méchante des maisons des civils par les services de sécurité dans ces zones. Il redoute de la rupture du mariage civilo-militaire.

Le cas le plus récent est celui vécu dans la commune de Lume. Un enseignant a été imputé d’appartenir à un groupe Maï-Maï par les services de sécurité vendredi 2 septembre. Cette victime a été administrée des coups de fouet jusqu’à demi-mort, selon le premier vice-président de la société civile du territoire de Beni.

Après ce forfait, les agresseurs l’ont abandonné sur la route avant que les paysans n’arrivent pour l’acheminer aux soins de santé. Richard Kirimba s’inquiète de ce énième cas de barbarie.

« Les services de sécurité sont accusés d’avoir mis la main sur un civil. C’est un enseignent de Rugetsi. On l’a arrêté à Lume et il a été sérieusement tabassé, torturé par les militaires. Il s’est retrouvé entre la vie et la mort. Curieusement, ces militaires l’ont abandonné sur la chaussée. Et cela que d’autres civils sont venus le récupérer et l’emmener au centre de santé. C’est un comportement inhumain. Nous condamnons cela », a-t-il déploré.

Cet acteur des forces vives a également fait mention des mésaventures de certains militaires, qui détruisent des maisons de civils et emportent les tôles à Loselose.

Selon Richard Kirimba, la crise de confiance entre les militaires FARDC et les civils nait petit à petit suite à ce comportement.

« A Loselose et dans plusieurs villages du Ruwenzori, certains militaires sont en train de détruire certaines toitures de maisons de la population. Ils détruisent et prennent des tôles pour aller construire dans leurs camps militaires. Plusieurs fois, les tôles sont en train de quitter Loselose jusqu’à Mutwanga. Et lorsqu’un civil voit les tôles qui étaient sur sa maison être emporté par les militaires, ça c’est un grand risque. Notre crainte est de voir ce comportement endommagé la cohésion qu’il y a entre la population et l’armée », s’est-il désolé.  

Ce premier vice-président de la société civile territoire de Beni appelle les autorités compétentes à sanctionner les auteurs de cette mauvaise pratique qui ternit l’image de l’armée congolaise. Toutefois, Richard Kirimba salue l’accalmie observée dans le secteur Ruwenzori ces derniers jours. Entretemps, il nous est encore difficile d’avoir la version des faits de l’armée face à ces accusations.

Richard Makulumbe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.